Mondiaux de ski 2023 : "Ça apporte une image sportive à la station", les commerçants de Courchevel et Méribel tirent un "bilan positif"

Les Championnats du monde de ski 2023 s'apprêtent à toucher à leurs fins, dimanche 19 février. Dans les stations de Courchevel et Méribel, les professionnels du tourisme et les commerçants tirent un bilan plutôt "positif" de ces deux semaines de compétition.

Les tribunes du stade de Méribel étaient pleines, ce jeudi 16 février, pour supporter les Bleues. Les encouragements pour Tessa Worley, Coralie Frasse-Sombet et consorts résonnaient jusque dans le village de la station savoyarde. Depuis près de deux semaines, Méribel et Courchevel vivent au rythme des Championnats du monde de ski alpin. Après des premiers jours en demi-teinte, la compétition a rencontré son public : pour le plus grand bonheur des commerçants.

"Pour la première semaine de compétition, on avait un taux de remplissage de 85 % de nos lits froids. C'était globalement plein. Dans une année normale, sans compétition, on se situe plutôt aux alentours de 80 %", explique une responsable de l'office de tourisme de Méribel.

Pas de doute pour elle : il y a eu "un effet Championnats du monde de ski" : "Cela se vérifie aussi par l'analyse de notre clientèle. Derrière les Britanniques, qui sont des habitués de la station, le deuxième contingent était celui des Suisses. C'est une clientèle très intéressée par les compétitions de ski et qui n'est d'habitude pas aussi présente. Cette année, les Suisses représentent 6 % des touristes étrangers."

Un pic d'activité avec l'arrivée des Parisiens

Les Mondiaux ont donc bien lancé les vacances d'hiver. Et, malgré la fin des compétitions ce dimanche, la station s'apprête à surfer sur l'arrivée des vacanciers de la zone C, celle de Paris. "On prévoit un pic d'activité la semaine prochaine. On a estimé notre taux de remplissage de 87 %."

Depuis la fenêtre de son commerce, Marinette parvient à voir un bout de la piste du Roc de Fer. Elle voit défiler les grandes championnes et s'émerveille à chaque passage. Mais entre les épreuves, cette gérante du bureau de presse de Méribel a observé un afflux de touristes : "Je ne suis pas complètement dépassée. On a l'habitude d'avoir beaucoup de touristes. Là, il y a une activité soutenue, mais rien d'extraordinaire", contraste-t-elle.

Même son de cloche de l'autre côté du col de la Loze, à Courchevel 1850. "Monsieur Sunber" est photographe au pied des pistes depuis une quinzaine d'années. Pour lui, les Championnats du monde n'ont pas forcément amené plus de clients : "C'est un peu mou sur les pistes. On remarque qu'il y a moins de clients qui venaient d'habitude. Sinon c'est une période calme, pour moi qui suis là depuis 15 ans et qui connais bien le rythme des lieux. On espère qu'avec les semaines des Parisiens, on va y aller à fond."

Une image sportive

Patrick Lepeudry, patron de plusieurs boutiques de ski et président de l'association des commerçants de Courchevel, est plus optimiste sur l'activité actuelle : "Le bilan est positif, on a fait un très bon mois de janvier. Février commence très bien. On ne va pas se plaindre. Mais je ne sais pas si ce bilan est lié aux Mondiaux."

Il s'explique : "Au niveau des retombées économiques de ces championnats du monde, on ne va pas les avoir directement. Les gens qui viennent pour les Mondiaux sont plus intéressés par la compétition que par le shopping en général. Bien sûr, ça fait plus d'activité dans la station et il y a quand même quelques retombées. Mais on ne peut pas dire que ce sont les championnats qui apportent du monde dans les commerces de Courchevel 1850 et de Courchevel Moriond. Parce que les retombées sont principalement au niveau du Praz."

"Ce qui est intéressant, ce sont essentiellement les retombées dans l'avenir. Ces championnats apportent une notoriété supplémentaire à la station. Ca apporte une image sportive à la station. On n'avait pas forcément cette image auprès du public", poursuit-il.

On est quasiment complet pour les deux prochaines semaines. Pour nous tout va bien, même au niveau de la météo.

Stéphane Vidoni.

L'entrée de l'hôtel du Fahrenheit Seven donne sur les pistes. Mais depuis près de deux semaines, l'établissement est fermé au grand public. Pour cause, il accueille les délégations autrichiennes et slovènes. Au total, près de 140 skieurs et membres des équipes techniques y logent dans la plus grande discrétion.

Pour Stéphane Vidoni, propriétaire associé de l'hôtel et membre du comité de direction de l'office de tourisme de Courchevel, le "jeu en valait la chandelle", malgré l'absence de touristes dans son établissement. Mais il s'apprête à les accueillir de nouveau dans les prochains jours, avec un taux de remplissage des plus importants : "On est quasiment complet pour les deux prochaines semaines. Pour nous tout va bien, même au niveau de la météo. On a encore une belle activité à venir derrière les Championnats du monde."

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité