Pass sanitaire : la députée de Savoie Typhanie Degois, l'une des cinq députés LREM qui refusent son extension

En France, seuls cinq députés étiquetés LREM, pourtant réputés proches du gouvernement, ont voté contre l'extension du pass sanitaire. Parmi eux, Typhanie Degois, députée de la première circonscription de Savoie. Elle se déclare "Pour la vaccination" mais "contre la division des Français".
Typhanie Degois, députée LREM de Savoie - Photo d'illustration
Typhanie Degois, députée LREM de Savoie - Photo d'illustration © FTV.

Sa voix n'aura pas fait pencher la balance dans le camp des "contres" mais le vote de la députée de Savoie Typhanie Degois, pourtant étiquetée LREM, aura forcément été remarqué. Avant son examen par le Sénat ce week-end, le projet de loi avait été adopté par l'Assemblée nationale, jeudi 22 juillet, mais sans le soutien de la jeune députée qui a voté "contre". Elle se dit opposée à l'obligation vaccinale des soignants et à l'extension du pass sanitaire.

"Il convient tout d'abord de rappeler que la vaccination est un progrès scientifique prodigieux et qu'elle est salutaire face à la pandémie que nous connaissons", tient d'abord à préciser Typhanie Degois sur son site internet. La députée LREM de la première circonscription de Savoie explique pourtant s'être prononcée "contre" le projet de loi du gouvernement, notamment sur le volet du pass sanitaire. Elle dit refuser que "l'accès à l'espace public, et donc l'exercice de nos libertés publiques, soit conditionné à la présentation de données de santé". Pour elle, il est "inadmissible de diviser les Français en créant des catégories de citoyens". Elle poursuit : "une telle mesure me semble méconnaître un principe fondamental de notre État de droit, le principe d'égalité devant la loi, comme l'avait précisé le Conseil d'Etat dans son avis du 6 juillet dernier en bornant l'usage du passe sanitaire aux seuls événements exceptionnels".

Typhanie Degois est l'une des cinq députés LREM à avoir voté contre le projet de loi. Les quatre autres députés "frondeurs" sont Lénaïck Adam (Guyane), Valéria Faure-Muntian (Loire), Pacôme Rupin (Paris), Olivier Serva (Guadeloupe). Au final, à l'Assemblée nationale, le projet avait été adopté par 117 voix "pour". 86 députés, dont une majorité de membres des Républicains, s'étaient prononcés "contre".

 

"Nous avons besoin des soignants"

Si elle n'approuve pas l'extension du pass sanitaire, la députée savoyarde est opposée également à l'obligation vaccinale des soignants. "Que se passera-t-il si les professionnels décident de ne pas se faire vacciner ? s'interroge-t-elle. Nous manquons déjà de personnel dans les hôpitaux, dans les centres sociaux, dans toute notre économie. Pour vaincre cette épidémie mondiale, nous avons besoin de soignants". 

Alors que le Parlement poursuivait l'examen du projet de loi ce week-end, plus de 160 000 personnes ont manifesté contre l'extension du pass sanitaire, ce samedi, aux cris de "Liberté, liberté !". Plus d'une dizaine de manifestations ont été organisées en Auvergne-Rhône-Alpes, notamment à Lyon, Vichy, Grenoble, Annecy, Chambéry ou encore Albertville.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique vaccins - covid-19 santé société