VIDÉO. Fermeture des remontées mécaniques : Tignes mise sur le ski de randonnée pour attirer les vacanciers

La station de Tignes, en Savoie, a sécurisé une quinzaine de kilomètres de pistes de ski de randonnée. Une manière de pallier la fermeture des remontées mécaniques, même si la fréquentation n'est pas au rendez-vous.

La station de Tignes a balisé des pistes de ski de randonnée pour pallier la fermeture des remontées mécaniques.
La station de Tignes a balisé des pistes de ski de randonnée pour pallier la fermeture des remontées mécaniques. © France 3 Alpes

Tignes s'est brutalement retrouvée face à une mutation forcée. La station savoyarde de quelque 30 000 lits, l'une des plus grandes en France, semble bien trop grande pour la saison qui s'annonce. Seuls quelques touristes ont fait le déplacement pour le premier week-end des vacances de Noël. Ils sont venus d'Auvergne-Rhône-Alpes surtout, un petit peu d'ailleurs aussi. La station affichait un taux d'occupation de 23% au samedi 19 décembre contre 75% pour cette même journée l'année passée.

"En temps normal, on gère les remontées mécaniques. Mais vu le contexte, on est en chômage partiel. On essaye de trouver d'autres occupations, moi c'est la sculpture", explique un employé de la station devant une marmotte de neige qu'il vient de terminer.

Les remontées mécaniques ont dû fermer à cause de la pandémie de Covid-19. Leur réouverture n'interviendra pas avant le 7 janvier, obligeant les stations à faire une croix sur une partie de leur saison. Alors le planter de bâtons a dû céder sa place au planter de panneaux. On peut y lire des instructions pour emprunter les pistes de ski de randonnée. Davantage qu'un signe de ralliement, la marque d'une petite révolution pour une station obligée d'opter pour la peau, si chère aux randonneurs.

 

"On est seuls au monde"

"Tignes, c'est une pure station de ski alpin avec une ou deux boucles de fond et les guides qui pratiquent le ski de randonnée avec leurs clients. Mais la genèse de Tignes, c'est vraiment le ski alpin. Il a fallu s'adapter", reconnaît le directeur adjoint des pistes, Olivier Ducastel.

Les skieurs de randonnée disposent d'une boucle d'une quinzaine de kilomètres. Damée, balisée, surveillée, elle s'étale de 2 000 à 2 700 mètres d'altitude. Du bonheur pour les amateurs. "On retrouve les sensations de la liberté. Il n'y a pas un bruit, on est seuls au monde, constate un skieur de randonnée. C'est vraiment génial. Merci à Tignes d'avoir proposé des parcours divers pour qu'on puisse profiter de la montagne. Et ça nous permet de trouver la montagne sous un autre angle."

Un autre angle qui ne suffira probablement pas à faire monter en station autant de monde que si les remontées mécaniques étaient ouvertes. Mais ce début de saison promet de faire encore réfléchir la montagne à son avenir.

Fermeture des remontées mécaniques : Tignes mise sur le ski de randonnée pour attirer les vacanciers

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stations de ski économie tourisme coronavirus/covid-19 santé société