VIDÉO. Tour de France 2021 : "L'étape qui arrive à Tignes est l'une des plus dures", selon Bernard Thévenet

Double vainqueur du Tour de France, Bernard Thévenet livre son analyse sur le parcours de l'édition 2021 dans les Alpes. Trois étapes s'y dérouleront dont deux destinées aux purs grimpeurs.

L'ancien cycliste Bernard Thévenet lors du Critérium du Dauphiné 2017.
L'ancien cycliste Bernard Thévenet lors du Critérium du Dauphiné 2017. © Philippe Vacher / MAXPPP
Les Alpes réserveront l'étape la plue ardue du Tour de France 2021, mais pas la plus belle selon Bernard Thévenet, vainqueur de la Grande boucle en 1975 et 1977. L'ancien coureur cycliste et consultant pour France Télévisions a livré son analyse des trois étapes alpines lundi 2 novembre sur le plateau de France 3 Alpes.
 
Tour de France : "L'étape qui arrive à Tignes est l'une des plus dures", analyse de Bernard Thévenet


Le Tour de France fera son arrivée dans les Alpes pour sa 8e étape entre Oyonnax et le Grand-Bornand, il s'agira de la première étape de montagne ?

Bernard Thévenet : "Il y aura eu quelques cotes auparavant, mais c'est la première étape de montagne qui est assez ardue. Avant d'arriver au Grand-Bornand, il y a le col de Romme, le col de la Colombière. Il y a trois ans, Alaphilippe avait remporté l'étape au Grand-Bornand et il avait bien giclé dans la Colombière, surtout dans la descente parce qu'elle est assez technique donc ça peut faire des écarts."


Le lendemain, les coureurs prendront la direction de Tignes pour une étape destinée aux purs grimpeurs ?

"Oui. En tout, il y a quand même dix cols à passer dans les Alpes, ce n'est pas rien. Cette étape qui arrive à Tignes, il y a six cols dans la journée, c'est l'une des plus dures du Tour de France 2021."
 

Il y aura ensuite une journée de repos à Tignes à 2100 mètres d'altitude, est-ce bon pour les coureurs ?

"Ca dépend des coureurs mais surtout, il faut savoir loger tous à la même altitude. C'est un problème pour le logement. Les staffs des équipes demandent une égalité entre toutes équipes, qu'ils soient tous logés plus ou moins à la même altitude, à 200 mètres près. Et si on arrive à Tignes cette année, c'est pour compenser l'arrivée qui n'a pas eu lieu il y a deux ans à cause des conditions climatiques."


La 10e étape entre Albertville et Valence marquera le retour des sprinters ?

"Ils auront passé deux journées très difficiles, ils se seront refait la cerise [ils auront retrouvé la santé, NDLR] pendant la journée de repos, je pense que les équipes de sprinters seront encore pratiquement au complet. En principe, ça ne devrait pas leur échapper la victoire à Valence."


Et cette année, la plus belle étape c'est le mont Ventoux, pas les Alpes ?

"Oui, en tout cas c'est le col le plus connu. C'est la montée la plus connue. Surtout qu'elle va être faite deux fois : une fois par Sault, une fois par Bédoin. Et l'arrivée ne se fera pas au sommet du Ventoux parce qu'il y avait eu quelques problèmes il y a trois ou quatre ans. Des problèmes météo qui avaient obligé à faire l'arrivée avant, donc les organisateurs ont préféré la faire à Malaucène, il y a moins de problèmes de sécurité."
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport