Hiver 2013 : Dijon et Auxerre battent des records de grisaille

En cet hiver 2013, la Bourgogne connait le mois de janvier le moins ensoleillé depuis 60 ans / © Damien Rabeisen
En cet hiver 2013, la Bourgogne connait le mois de janvier le moins ensoleillé depuis 60 ans / © Damien Rabeisen

Hiver 2012-2013: voilà six mois que le soleil nous a abandonnés. Cela induit chez beaucoup d'entre nous une baisse de moral et d'énergie. Mais des solutions existent pour pallier ce manque de luminosité.

Par B.L. avec l'AFP

Auxerre et Dijon ont battu des records nationaux de grisaille en janvier : 11 heures 27 minutes d'ensoleillement pour Auxerre et 15 heures 24 minutes pour Dijon."Déjà déficitaire en décembre 2012, l'ensoleillement dans un large quart nord-est a été exceptionnellement faible en janvier, puis est resté inférieur à la moyenne jusqu'à la fin de l'hiver", indique Météo-France dans ce bilan arrêté au 28 février, qui signe la fin de l'hiver pour les météorologues. Sur les trois derniers mois (décembre, janvier, février), "l'ensoleillement présente dans cette région un déficit de 20 à 40%, pouvant atteindre localement 50%".

La plus mauvaise pioche est revenue à Auxerre (Yonne), Langres (Hautes-Marne) et Dijon (Côte d'Or) avec des déficits de soleil respectifs de 82, 78 et 76% en janvier par rapport à leur moyenne pour ce mois de l'année. Auxerre n'a ainsi reçu que 11 heures 27 minutes d'ensoleillement en janvier, Langres 13 heures 49 minutes et Dijon 15 heures 24 minutes.

Au-delà de ces exemples locaux extrêmes, le mois de janvier 2013 a été "l'un des mois de janvier les moins ensoleillés depuis 1950, avec janvier 2004 et janvier 1970", relève Météo-France.


Des solutions existent pour pallier le manque de soleil

Reportage de François-Marie Lapchine et Claude Heudes avec :
  • Françoise Giroud, endocrinologue diabétologue
  • Jean-Claude Girod, psychiatre

Une pluviométrie supérieure à la normale

En terme de précipitations, la pluviométrie a été globalement supérieure à la normale de 15%, mais avec de grosses disparités régionales : les pluies ont été particulièrement abondantes dans le Sud-Ouest, et du nord de l'Auvergne au sud de la Bourgogne. En revanche, le Languedoc-Roussillon et la basse vallée du Rhône ont reçu moins de pluie que d'habitude à cette période de l'année.

Des températures légèrement inférieures à la normale

Sur l'ensemble du pays, les températures ont été légèrement inférieures à la normale, calculée en faisant la moyenne sur les années 1981-2010. Là aussi, des disparités géographiques sont notables : la moitié ouest du pays a bénéficié de températures légèrement supérieures à la moyenne, à l'inverse de la moitié est. Décembre a été particulièrement doux, avec une moyenne globale de 1,2° supérieure à la normale.

Après un début très doux, janvier s'est rafraîchi, surtout du 13 au 26, avant de finir avec des températures supérieurs aux normales de 4 à 6 degrés ! En février, les températures ont été inférieures à la normale et aucune région n'a été épargnée par le froid, surtout dans l'Est. Avec des chutes de neige fréquentes, "l'enneigement a atteint des niveaux remarquables sur tous les massifs".

A lire aussi

Sur le même sujet

Jura : des cartes en bois mondialement connues

Les + Lus