• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Sens (89) : le maire Daniel Paris démissionne

Coup de théâtre à Sens : lors du conseil municipal dimanche 30 juin 2013, le maire Daniel Paris a annoncé sa démission. Il quittera son mandat mi-juillet, mais reste conseiller municipal. Un nouvel épisode de la crise politique dans cette ville de l'Yonne.

Par C.R. avec AFP

La chronologie des événements

Depuis le mois de mars 2013, la vie municipale a connu de multiples remous à Sens dans l'Yonne. Le 20 mars, le maire Daniel Paris était mis en minorité, plusieurs élus y compris dans son camp politique, rejetant son budget. Un budget soumis ensuite à avis de la chambre régionale des comptes, puis récemment, à l'arbitrage du préfet.

Le 26 juin dernier, une nouvelle fois, le conseil municipal tourne court : les groupes d'opposants et de dissidents quittent la réunion. La crise s'aggrave, car la ville était tenue d'adopter ses comptes administratifs avant le 30 juin, sous peine d'être à nouveau désaisie au profit de la chambre régionale des comptes, qui sera alors chargée de gérer les affaires courantes jusqu'aux prochaines élections municipales.

Le conseil municipal de ce 30 juin s'annonçait donc tendu. Après deux suspensions de séance, Daniel Paris a pris la parole pour annoncer qu'il démissionnait de son mandat de maire et conservait celui de conseiller municipal. Il redoutait apparemment une opposition systématique, à laquelle il aurait voulu couper court.

Reportage de Baziz Djaouti, Claude Heudes et Laurence Crotet-Beudet avec :
  •  Daniel Paris, maire démissionnaire de Sens (PRG)
 Christophe Ben Ali, adjoint au maire, groupe (dissident) Convergence sénonaise et citoyenne
 Charles-Henri Moreaux, chef de file de l'opposition municipale (UMP)

Conseil municipal Sens

Comment en est-on arrivé là ?

Les explications d'Anne Berger avec :
  •  Bruno Gervier, candidat de la liste d'union PS/PC en 2008
  •  Daniel Paris, maire de Sens (PRG)

Explications

Daniel Paris a été élu maire de Sens en 2008 face à la députée-maire UMP Marie-Louise Fort et face à une liste PS-PCF. Il avait emporté son siège de maire sur une liste radicale de gauche (PRG) et Front de Gauche. Selon lui, ce contexte a "petit à petit provoqué "un harcèlement conjoint de l'UMP, du PS, de l'UDI et d'EELV qui ont formé une nouvelle majorité". Le conseil municipal comptant 35 élus, dont 20 dans cette coalition "UMP-PS-UDI-EELV".

"La ville je l'ai bougée, avec de nombreux projets, j'ai réduit la dette, je suis devenu un arbre qui a fait beaucoup d'ombre et depuis quelques mois les bûcherons se sont déchaînés, sans beaucoup de carrure", a-t-il confié à l'AFP.

Edouard Ferrand, conseiller régional FN et conseiller municipal à Sens de 2001 à 2008 a pour sa part expliqué dimanche, que "la ville est sinistrée par ces combinaisons politiques" et annoncé qu'il se présentera à Sens pour les municipales de 2014, sur une "liste ouverte" dans laquelle la moitié "ne sera pas encartée au FN".

Les réactions suscitées par cette démission 

Reportage de Baziz Djaouti et Claude Heudes avec :
  • Daniel Paris, maire démissionnaire de Sens (PRG)
  • Edouard Ferrand, conseiller régional (FN)
  • Marie-Louise Fort, députée de l'Yonne (UMP)

Sens : réactions à la démission du maire Daniel Paris

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus