Saône-et-Loire : une pharmacie a ouvert sa boutique sur internet

Publié le Mis à jour le
Écrit par B.L.
Bertrand Veau, pharmacien à Tournus en Saône-et-Loire, a fait le pari de l'e-pharmacie.
Bertrand Veau, pharmacien à Tournus en Saône-et-Loire, a fait le pari de l'e-pharmacie.

Depuis le 12 juillet, les pharmacies françaises ont le droit de vendre des médicaments sur internet. Pour le moment, 35 agréments ont été accordés, mais seules une dizaine d'officines ont déjà franchi le pas, dont une à Tournus.

4 000 médicaments en vente sur internet

C'est une petite révolution qui est en marche. Les Français peuvent désormais acheter des médicaments sur des sites internet autorisés. La vente concerne uniquement 4 000 médicaments, dits d'automédication, vendus sans ordonnance. On peut ainsi faire ses achats de médicaments et de parapharmacie (produits d'hygiène, compléments alimentaires, biberons, etc.), se les faire livrer à domicile par la poste ou aller les chercher sur place, à la pharmacie.

Deux autres agréments accordés en Bourgogne

Seuls les sites adossés à des pharmacies en dur sont autorisés à vendre ces produits. Pour Bertrand Veau, pharmacien à Tournus en Saône-et-Loire, cela ne fait aucun doute : "les gens prendront progressivement l'habitude de commander par internet", dit-il.
Deux autres agréments ont été accordés en Bourgogne : un à Avallon dans l'Yonne et un autre à Dijon (uniquement pour de la parapharmacie dans ce dernier cas).



Des médicaments présentés "de façon non trompeuse"

Ces sites internet doivent rester indépendants de l'industrie pharmaceutique (ni lien, ni subvention). Les médicaments doivent être présentés "de façon objective, claire et non trompeuse". Les seules mentions autorisées sont le nom commercial, la ou les indications thérapeutiques, la forme (sachets, comprimés, gélules, etc.), le nombre d'unités et le prix. Les notices (précaution, doses) en ligne doivent pouvoir être imprimées.
C'est le pharmacien qui "assure personnellement la délivrance" et la préparation des commandes "ne peut se faire qu'au sein de l'officine dans un espace adapté à cet effet".

Vers une baisse du prix des médicaments ?

Cette libéralisation partielle a déjà permis à d'autres pays de l'Union européenne, comme l'Italie, de bénéficier de médicaments en moyenne 25% moins chers, indique l'Autorité de la concurrence. Mais, la formule ne rencontre pas forcément le même succès partout. En Allemagne, sur 3 000 agréments accordés, seuls 40 pharmaciens continuent à vendre sur internet.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.