• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Chalon-sur-Saône :le risque chimique est maîtrisé à l’usine Azelis Peroxydes

Un important détachement de pompiers est à pied d’œuvre ce vendredi 13 septembre 2013, sur un site classé Séveso 2, implanté dans la zone industrielle de Chalon.
Un important détachement de pompiers est à pied d’œuvre ce vendredi 13 septembre 2013, sur un site classé Séveso 2, implanté dans la zone industrielle de Chalon.

Un important détachement de pompiers a été appelé vendredi 13 septembre 2013, sur un site classé Seveso 2, implanté dans la zone industrielle de Chalon. Deux conteneurs de produits chimiques présentaient une instabilité qui a nécessité l'intervention des pompiers pendant plusieurs heures. 

Par B.L.



DMCloud:105015
Chalon-sur-Saône : la cellule d’intervention des risques chimiques des pompiers a été appelée à l’usine Azelis Peroxydes

(Images de Damien Boutillet)


La situation est maîtrisée a indiqué la préfecture de Saône-et-Loire dans un communiqué de presse publié samedi 14 septembre en fin de matinée. "Aucune menace pour l'environnement n'est à déplorer" précise le document. Un expert doit intervenir dans l'après-midi pour "déterminer les
prochaines étapes permettant de clôturer l'incident notamment par la prise en charge des conteneurs".

La cellule mobile d’intervention des risques chimiques et pollution des pompiers a été appelée aux environs de 8 h vendredi 13 septembre matin. L’usine stocke du peroxyde organique, un produit qui est utilisé dans l’industrie des polymères et composites (plastiques). La présence de peroxydes organiques peut créer de graves dangers d'incendie et d'explosion.

Un incident est survenu avec un solvant appelé le styrène. "Deux containers de styrène de 950 kgs ont présenté une instabilité chimique", indique la préfecture de Saône-et-Loire. 

Le premier container de styrène a polymérisé au lieu de rester liquide, indique le directeur de l’usine. Autrement dit, au lieu de rester liquide, le produit a commencé à durcir, ce qui a aussitôt provoqué un dégagement de fumée et une forte odeur. Pour ralentir le processus, il faut refroidir la cuve avec de l’eau, ce qui a été fait. Un deuxième container, présentait, lui, une instabilité chimique. 

Samedi, en fin de matinée, "la polymérisation (transformation du produit) du premier conteneur monté en température se poursuit normalement", indique la préfecture de Saône-et-Loire. "Il présente un état stable. Un arrosage régulier du conteneur est maintenu". En ce qui concerne, le deuxième conteneur, il a été mis dans un véhicule réfrigéré. Il est également stabilisé, précise le communiqué, pour éviter une éventuelle polymérisation.

On ne déplore aucune personne incommodée et il n’y a pas de risques de pollution du sol et de l’eau, assure la direction d’Azelis Peroxydes. Un périmètre de sécurité a été installé à l'intérieur du site, a confirmé Anne Frackowiak-Jacobs, la sous-préfète de Beaune, qui a tenu un point presse vendredi après-midi. Un nouveau point est prévu samedi 14 septembre.

DMCloud:105029
Chalon : l'intervention à l'usine Azelis Peroxydes pourrait durer plusieurs jours

(Images de Julien Lanchas)

A lire aussi

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus