Cet article date de plus de 7 ans

Modem/UDI : "Je ne serai pas du mariage", dit François Sauvadet

Le député UDI de la 4e circonscription de Côte-d'Or a annoncé qu’il n’assisterait pas à la conférence de presse organisée mardi 5 novembre 2013 pour sceller le rapprochement des deux formations centristes au sein d'un rassemblement intitulé "UDI * MoDem : l'Alternative".
François Sauvadet le 21 décembre 2010 à l'issue d'une conférence de presse à l'Assemblée Nationale à Paris
François Sauvadet le 21 décembre 2010 à l'issue d'une conférence de presse à l'Assemblée Nationale à Paris © AFP PHOTO BERTRAND LANGLOIS

Pourquoi l'UDI et le Modem veulent-ils se marier ?

A l’approche des élections municipales et européennes de 2014, l'UDI (Union des démocrates et indépendants) de Jean-Louis Borloo et le Modem de François Bayrou veulent opérer un rapprochement de leurs formations respectives. Objectif : tenter de séduire des électeurs déçus par le PS et l'UMP.

Les présidents du Modem et de l'UDI ne cachent pas qu'ils ont chacun trouvé les limites de leur cheminement séparé. Les municipales seront d'ailleurs le premier test électoral pour l'UDI créée sous l'impulsion de Jean-Louis Borloo il y a un an.

"Les Français rejettent violemment le pouvoir socialiste, ils sont coincés entre une UMP dont ils ne manifestent pas le désir et une extrême droite qui leur sert d'exutoire", analyse le porte-parole des députés UDI, Jean-Christophe Lagarde. L'idée est donc de proposer "une alternative" au Front National, dont la poussée dans les sondages à cinq mois des municipales et sept mois des européennes effraie l'ensemble de la classe politique.




Que reproche François Sauvadet à François Bayrou ?

Mais, ce rapprochement n’est pas du goût de tous et notamment de François Sauvadet, député UDI de la 4e circonscription de Côte-d'Or, qui a participé à la création de l'UDI avec Jean-Louis Borloo. Pourtant, à l’époque où il était ministre de la Fonction publique de Nicolas Sarkozy, François Sauvadet disait vouloir "travailler au rassemblement des centres". "On voit bien que divisés, on ne pèse pas suffisamment", indiquait en mai 2012 le président du conseil général de Côte d'Or. 

Mais, aujourd’hui, le député UDI de Côte d’Or estime que François Bayrou "n’a pas levé toutes les ambiguïtés à Dijon, Paris et ailleurs". Le MoDem dijonnais a indiqué qu'il soutenait la candidature du sénateur-maire socialiste François Rebsamen aux municipales de 2014. Depuis 2008, le MoDem participe à la gestion de la capitale des Ducs. Le parti centriste compte notamment deux adjoints dans l'équipe municipale : François Deseille, délégué aux grands projets, et Elizabeth Revel, déléguée aux anciens combattants.

Rappelons aussi que François Sauvadet avait fermement critiqué François Bayrou qui s’était prononcé en faveur de François Hollande pendant la présidentielle en dénonçant "la course-poursuite derrière l'extrême-droite" de Nicolas Sarkozy. "Je trouve que c'est du foutage de gueule", avait dit l'élu bourguignon. "Franchement, laisser les électeurs comme ça en déshérence, en leur disant choisissez qui vous voudrez, moi je choisis François Hollande en rupture totale avec ses convictions, franchement, je trouve ça pas bien."


"J'ai pris la décision de ne pas participer au lancement du mariage, je veux m'assurer de la sincérité de François Bayrou dans cette nouvelle union", explique François Sauvadet. "J'attends des preuves d'amour", ajoute-t-il.




Reportage d’Amélie Douay et Christophe Gaillard avec
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
françois sauvadet politique