Cet article date de plus de 7 ans

Les déclarations de patrimoine des ministres ont été publiées

La Haute autorité pour la transparence de la vie politique a publié vendredi 27 juin 2014 les déclarations de patrimoine des 32 ministres et secrétaires d'Etat.

Que doivent déclarer les ministres et secrétaires d'Etat ?

Cette Haute autorité a été créée après l'affaire Cahuzac. Elle a publié sur son site internet les déclarations de patrimoine et d'intérêts des membres du gouvernement, conformément à la loi du 11 octobre 2013 sur la transparence.

Les membres du gouvernement ont rempli à la main ces déclarations, qui resteront publiques durant toute la durée de leur fonction ministérielle. Ils devaient indiquer

Qu'ont déclaré Arnaud Montebourg et François Rebsamen ?

On connaissait déjà le patrimoine d'Arnaud Montebourg. Il fait partie des ministres qui avaient pris les devants et n'avaient pas attendu d'être obligés de faire preuve de transparence à la suite de l'affaire Cahuzac.
Le ministre de l'Économie Arnaud Montebourg déclare posséder deux appartements à Paris, un parking en Côte d’Or et une maison avec jardin en Saône-et-Loire achetée 221.000 euros en 2004. Il déclare également, un fauteuil Charles Eames acheté "28.000 francs en 1988" et une Peugeot 407 achetée en 2007. 
La déclaration d'Arnaud Montebourg

Le ministre du Travail, François Rebsamen, qui est entré au gouvernement cette année fait état d'une maison estimée à 380.000 euros et d'un appartement d'une valeur de 100.000 euros, tous deux situés en Côte d’Or. Il a aussi déclaré deux Citroën C3.

La déclaration de François Rebsamen

Pourquoi le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement a-t-il été rappelé à l'ordre ?

A noter que le secrétaire d'Etat Jean-Marie Le Guen, médecin de profession, a été rappelé à l'ordre pour avoir sous-évalué des biens immobiliers.
M. Le Guen, chargé des Relations avec le Parlement depuis avril 2014, a eu droit à une observation particulière de la part de la Haute autorité. Elle a en effet annoncé avoir "relevé que les biens et droits immobiliers détenus par l'intéressé étaient évalués à des montants inférieurs aux prix constatés pour des biens comparables" et lui avoir adressé une "appréciation". Jean-Marie Le Guen, propriétaire de plusieurs biens immobiliers et assujetti à l'ISF, a finalement tenu compte de ces observations et revu à la hausse la valeur de son patrimoine.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique françois rebsamen arnaud montebourg