Auxerre: un professeur devant le tribunal pour avoir détourné des photos Facebook de ses élèves

Le réseau social Facebook / © AFP PHOTO/Raul ARBOLEDA
Le réseau social Facebook / © AFP PHOTO/Raul ARBOLEDA

Un professeur était jugé jeudi 4 septembre 2014 pour avoir piraté les photos de vacances postées par des élèves sur leurs comptes Facebook. Il avait publié les clichés sur un site pornographique en les accompagnant de commentaires dégradants. 1 an de prison, dont 8 mois avec sursis ont été requis.

Par M. Ba

Il se cachait sous le pseudo Coochy 666


Les faits remontent à plus de deux ans. Pendant un an, cet enseignant de français, d'une trentaine d'années et vivant à Sens, a piraté les photos de jeunes filles qu'il trouvait sur Facebook. Il avait créé un compte sous un pseudonyme. Il avait ainsi pu devenir ami avec une de ses anciennes élèves et avoir accès à des photos de cette dernière. Mais grâce à l'effet boule de neige des réseaux sociaux, il avait pu être accepté comme ami par de nombreuses adolescentes et avait collectionné un millier de clichés.

Sur ces images, on voyait, par exemple, ces jeunes filles en maillots de bain sur les plages de leurs vacances. L'homme publiait ensuite ces photos sur un site pornographique néerlandais avec des commentaires salaces. L'enquête a permis de recenser une centaine de victimes, en Côte-d'Or et dans l'Yonne. La plupart des ces jeunes filles étaient mineures au moment de l'affaire.

Auxerre: un professeur jugé pour avoir détourné des photos Facebook de ses élèves
Reportage de Marion Feutry et Mérak Movssissian avec :
  • Jennifer Perrin, partie civile
  • Nahomy Nicol, partie civile
  • Jean-Yves Jourdain, avocat de la défense
  • Marion Feutry, journaliste à France 3

L'enquête débouche rapidement : un professeur est arrêté


En mars 2012, les enquêteurs sont alertés par des dizaines de plaintes. Ils sont remontés rapidement jusqu'à l'individu, lequel a reconnu immédiatement les faits. Il sera jugé, cet après-midi, par le tribunal correctionnel d'Auxerre pour "usage de données personnelles en vue de troubler la tranquillité ou de porter atteinte à l'honneur", pour "atteinte à la vie privée" et pour "détention d'images pornographiques de mineurs". Il est passible d'une peine de prison d'un an et de 15 000 euros d'amende.

Procès du prof pirate: le rappel des faits

Le rappel des faits avec Marion Feutry



A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus