Élections départementales dans la Nièvre : la gauche face à la montée du Front national

La Nièvre, terre de gauche par excellence, peut-elle basculer ? Selon les observateurs, l’assemblée départementale présidée par le socialiste Patrice Joly devrait rester à gauche, même si la poussée du FN est de plus en plus forte dans le département.

Par B.L.


La Nièvre, fief de l’ancien président de la République François Mitterrand, a perdu de son rose d’antan.
Lors des municipales de mars 2014, plusieurs villes sont passées à droite, à commencer par le chef-lieu Nevers.

Deux mois plus tard, aux élections européennes de mai 2014, le vice-président du FN Florian Philippot était arrivé en tête avec 27,34% devant Nadine Morano (UMP) 18,55% et Edouard Martin (PS-PRG) 16,56%.

A l’occasion des élections départementales des 22 et 29 mars 2015, la situation de la gauche ne devrait pas s’améliorer particulièrement.
Il y a plusieurs raisons à cela : il n’y a pas d’accord entre le PS et EELV, ni entre le PS et le PC sauf au cas par cas. Et surtout, le Front national poursuit son ascension scrutin après scrutin.
Le président Patrice Joly tente de résister en jouant la carte des "nouvelles ruralités" et en prônant le développement de "l’économie verte" pour pallier les pertes d’emploi de l’industrie traditionnelle.

Le jeu des alliances à droite

A droite, la situation est compliquée par le jeu des alliances. L’UMP, l’UDI et le RAN (opposition départementale) vont au combat sous l’étiquette "La Nièvre s’engage".
Mais, certains pointent des accords officieux avec le mouvement "Nièvre à venir" qui présente des candidats indépendants, adoptant la même stratégie que Denis Thuriot, qui s’était fait élire maire de Nevers "sans étiquette".

Pendant ce temps, le Front national avance ses pions et présente des candidats dans les 17 cantons du département.
Dans ce département à la population vieillissante qui se sent abandonnée, le discours du FN fait de plus en plus d’adeptes, notamment dans les anciens fiefs du PCF, comme Decize ou Imphy par exemple

La nouvelle carte électorale de la Nièvre

La carte des cantons a été redessinée : on en compte désormais 17 dans la Nièvre (au lieu de 32).
Le nombre de conseillers passe à 34 (contre 32 auparavant).

Pour le premier tour des élections, qui aura lieu dimanche 22 mars, on ne compte pas moins de 80 binômes de candidats sur la ligne de départ.

L’assemblée départementale sortante de la Nièvre est présidée par Patrice Joly (PS)

  • la gauche est majoritaire avec 23 conseillers : 18 PS, 1 PCF, 4 DVG.
  • l’opposition de droite totalise 9 sièges : 4 UMP et 5 DVD.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus