Inondations : des simulations d'alerte nocturne vont être organisées

Des exercices nocturnes d'alerte aux inondations vont être organisés dans les communes les plus exposées, a annoncé Ségolène Royal mardi 10 mars 2015. La ministre de l'Ecologie veut renforcer "la culture du risque" en France.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité


A quoi vont servir des simulations d'alerte nocturne ?

"Je vais solliciter dans les prochains jours les préfets pour qu'ils choisissent les territoires les plus exposés et qu'ils y organisent des répétitions grandeur nature la nuit d'une alerte en cas de risque d'inondation", a indiqué Ségolène Royal.

Ce type de simulation n'a jamais été fait de nuit, a précisé la ministre. Elle a indiqué que ces exercices se feraient avec l'aide de la sécurité civile et donc en coordination avec le ministère de l'Intérieur.

"Le but est de vérifier les systèmes d'alerte des communes et la bonne préparation des citoyens", a précisé Ségolène Royal.



Comment faire passer des consignes aux habitants ?

Outre des systèmes de sirène d'alerte, la ministre a cité l'utilisation de textos pour donner des consignes à la population, qui est aussi invitée, dans les zones à risques, à se munir d'un kit de survie (eau potable, conserves, barres énergétiques, lampe de poche, bougies, briquet, trousse de premiers soins).

Les inondations sont le risque naturel majeur dans l'Hexagone avec 17 millions de personnes habitant dans une zone inondable. "Le mot clé, c'est « ne plus subir » mais « anticiper et organiser » pour que les citoyens deviennent des acteurs de la réduction du risque", a résumé Ségolène Royal.



Combien de communes sont particulièrement exposées ?

Selon Patricia Blanc, directrice générale de la prévention des risques, 122 territoires représentant un peu moins de 3 000 communes ont été identifiés comme particulièrement exposés à un risque d'inondation.

"Les simulations se feront dans une partie de ces territoires à risques", a expliqué Patricia Blanc. "On va le faire rapidement dans une ou deux communes avant l'été et ensuite, sur la base de ces tests, on donnera des instructions aux autres communes concernées", a-t-elle ajouté.