Les agriculteurs réagissent aux annonces d'Emmanuel Macron

© France 3 FC
© France 3 FC

La France est le premier producteur agricole en Europe mais son modèle s'essoufle au fur et à mesure des crises. Alors qu'un producteur agricole sur trois vit avec moins de 350 euros par mois, l'agriculture française doit apprendre à se réinventer.

Par Sofian Aissaoui

C'était il y a exactement une semaine. Le président de la République, Emmanuel Macron, annonçait en plein coeur du marché de Rungis (Val-de-Marne) des mesures pour augmenter le revenu des agriculteurs. "Nous devons repenser collectivement une nouvelle France agricole" a déclaré Emmanuel Macron face aux acteurs du secteur. Son discours a été prononcé à l'issue des premiers chantiers des Etats généraux de l'alimentation, une rencontre entre tous les acteurs du monde agricole. Le président promet, dès 2018, de nouvelles ordonnances qui changeront profondément la filière agricole.


Etre agriculteur en France

Tous les deux jours, un agriculteur met fin à ses jours en France. Derrière ce chiffre inquiétant, il faut s'attarder sur la réalité du quotidien des acteurs de cette filière. Selon un rapport de la MSA, la Mutuelle Sociale Agricole, le revenu moyen des agriculteurs était en 2016 "de l'ordre de 13000 à 15000 euros".

Un exploitant agricole sur cinq serait en déficit et 30% d'entre eux vivraient avec moins de 350 euros par mois, selon ce même rapport. La variabilité des revenus entre différents secteurs est également à souligner.

Le revenu d'un producteur de lait est quasiment deux fois inférieur à celui d'un producteur de vin : 10000 euros contre 19000. Pour les éleveurs comme Christophe, rencontré par l'une de nos équipes, un défi s'annonce : défendre son prix.

Les agriculteurs face aux annonces d'Emmanuel Macron

Des engagements d'Emmanuel Macron pour aider l'agriculture

Réorganiser les filières permettra d'aller vers une alimentation "saine, durable, et accessible à tous". Tous les acteurs de la filière devront se mettre d'accord ensemble pour que chaque filière du secteur agricole soit payée justement.

Relever le seuil de revente à perte empêchera les grandes surfaces de vendre certains produits en dessous de leur prix d'achat. A force d'utiliser certains produits comme "produits d'appel", afin d'attirer le client, les grandes surfaces leur font perdre leur valeur.

Sur le même sujet

Yonne : le gouvernement promet de maintenir le 15 et un hélicoptère

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne