Animaux en danger à Toucy : un accord trouvé avec la propriétaire

Lundi, l'association Respectons s'est déplacée à Toucy, pour essayer d’intervenir chez une habitante. Selon les bénévoles, elle maltraiterait de nombreux animaux. Un accord a été trouvé avec elle avec l'aide de la mairie.

Des chats et des chatons enfermés dans des clapiers à lapins. Des canetons mal nourris, vivant sans eau ni nourriture. Devant la situation dramatique vécue par des animaux chez une habitante de Toucy (Yonne), plusieurs membres de l'association Respectons se sont mobilisés lundi 6 août pour tenter de les sauver.
 
Devant la situation d'urgence, ils demandaient le retrait des animaux. Une requête refusée par le parquet d'Auxerre. Mais après une douzaine d'heures de mobilisation, ils ont réussi à trouver un accord avec l'aide de la municipalité.
 

Quatre mesures mises en place

"Les quatre mesures qui ont été mises en place sont : stérilisation de tous les chats, nettoyage de l'habitat des volatiles, construction d'un parc pour les canetons et les poussins et puis démontage des clapiers, détaille le président de l'association, Patrick Sacco. La condition des animaux devrait s'améliorer à condition qu'on puisse toujours avoir un regard. Je pense que ce sera possible."

Cependant, l'association Respectons n'a pas retiré sa plainte pour sévices graves ou acte de cruauté envers un animal domestique. Dans le cadre de la procédure, la propriétaire doit être convoquée dans les prochaines semaines devant le tribunal de police. Le jugement devrait être rendu à l'automne prochain.   
 
 
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité