Affaire Xavier Dupont de Ligonnès : un drame qui avait suscité beaucoup d'émotion dans l'Yonne

La photo de Xavier Dupont de Ligonnès diffusée pour l'avis de recherche, le 23 avril 2011 / © (MAXPPP)
La photo de Xavier Dupont de Ligonnès diffusée pour l'avis de recherche, le 23 avril 2011 / © (MAXPPP)

Suspecté du meurtre de son épouse Agnès et de ses quatre enfants à Nantes (Loire-Atlantique), Xavier Dupont de Ligonnès aurait été arrêté ce vendredi en Ecosse. La famille d'Agnès, qui réside à Noyers-sur-Serein (Yonne), se refuse ce soir à tout commentaire.

Par Sébastien Kerroux avec AFP






Correctif. Contrairement à ce qui avait été annoncé vendredi 11 octobre dans la soirée, l'homme arrêté à l'aéroport de Glasgow, en Ecosse (Royaume-Uni), n'est pas le Français Xavier Dupont de Ligonnès. Les résultats des analyses ADN et de la comparaison des empreintes digitales sont négatifs. Les informations rapportées dans l'article ci-dessous ne sont pas à jour

​​​​​​Coup de tonnerre dans l'une des plus mystérieuses énigmes criminelles des dernières décennies : Xavier Dupont de Ligonnès, soupçonné d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants en 2011 à Nantes et activement recherché depuis, aurait été arrêté vendredi à l'aéroport de Glasgow (Ecosse) par la police écossaise.

Un homme a été repéré par les policiers à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle avant l'embarquement mais les policiers n'ont pas eu le temps d'intervenir et ont prévenu Interpol, a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

A son arrivée à Glasgow, il a été contrôlé, et selon la police écossaise, ses empreintes correspondent à celles de Xavier Dupont de Ligonnès, ont rapporté à l'AFP des sources françaises proches de l'enquête, confirmant une information du Parisien. Les enquêteurs français étaient en route vendredi soir pour Glasgow, a-t-on appris de l'une de ces sources proches de l'enquête. Selon une autre source proche interrogée par l'AFP, il voyageait avec un passeport français volé en 2014, et il aurait passé très probablement une partie de sa cavale au Royaume-Uni.

Depuis huit ans, cet homme était activement recherché. A maintes reprises, des signalements sont parvenus aux enquêteurs dont les milliers de procès verbaux rédigés n'ont pas permis de dire s'il était mort ou vivant, s'il avait pu organiser sa fuite ou s'il s'était suicidé.

Le procureur de la République de Nantes appelle à la "prudence" 


Quelques heures après l'annonce de l'arrestation de l'individu en Ecosse, Pierre Sennès- procureur de la République de Nantes- n'a pas voulu confirmer l'identité de l'homme : "Demain (N.D.L.R :samedi) il y a des équipes d’enquêteurs du service national de recherche des fugitifs et de la police judiciaire de Nantes qui vont se rendre en Ecosse", a précisé le procureur à l'AFP. "Ils vont donc faire des vérifications en Écosse auprès de la personne qui a été arrêtée à l’aéroport de Glasgow pour s’assurer que c’est bien M. Dupont de Ligonnès" , a-t-il ajouté. "Donc il convient en l’attente de ces vérifications d’être prudents" , a prévenu M. Sennès. 

Rappel des faits

Agnès Dupont de Ligonnès, 48 ans, et ses quatre enfants, Arthur, 21 ans, Thomas, 18 ans, Anne, 16 ans, et Benoît, 13 ans ont été tués à la 22 Long Rifle, vraisemblablement deux semaines plus tôt, entre le 3 et le 5 avril 2011, d'au moins deux balles dans la tête.

Xavier Dupont de Ligonnès avait été aperçu pour la dernière fois en avril 2011 : le 14 avril, il avait été filmé par la caméra d'un distributeur de billets, et le 15, il avait quitté à pied un hôtel avec, sur le dos, un étui pouvant contenir une carabine. Six jours plus tard, les corps de sa femme et de ses quatre enfants étaient découverts, enterrés sous la terrasse de leur maison à Nantes.

La famille de Ligonnès avait des attaches dans l'Yonne

Si l'affaire avait provoqué beaucoup d'émoi à Nantes, c'était aussi le cas à Noyers-sur-Serein (Yonne) d'où est originaire la famille d'Agnès Dupont de Ligonnès. Deux frères d'Agnès y vivent encore aujourd'hui. La famille nantaise avait pour habitude de passer régulièrement des vacances dans ce petit village de l'Yonne. C'est d'ailleurs dans le caveau familial du cimetière de Noyers que les cendres d'Agnès et de ses quatre enfants, avaient été déposées le 30 avril 2011. 

Contactée ce vendredi soir par France 3 Bourgogne, la famille d'Agnès Dupont de Ligonnès se refuse pour l'instant à tout commentaire.

Théorie du complot

Malgré un mandat d'arrêt international lancé contre Xavier Dupont de Ligonnès, ce dernier n'avait jamais été retrouvé. Plusieurs opérations et campagnes de fouilles ont été menées dans le Var, département où la famille Dupont de Ligonnès avait habité dans les années 1990, notamment après des découvertes de cadavres non identifiés.

Une pincée de théorie du complot - née d'un courrier du père à neuf de ses proches, affirmant qu'il allait être exfiltré vers les États-Unis en raison de sa supposée vie d'agent double -, une famille en apparence tout à fait classique, une préparation qui semble méthodique et une certaine mise en scène de la disparition du père sont venus nourrir l'intérêt pour cette affaire hors du commun.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus