Cet article date de plus de 3 ans

L'Assurance Maladie met en garde contre les dangers du CO2 lors de la vinification

La CARSAT se tient à disposition des établissements de négoces en vin de la région Bourgogne-Franche-Comté prévenir les risques mortels liés à l’émanation de gaz carbonique dans les caves et dans les cuves.

Un risque mortel

La CARSAT (Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail) rappelle - dans un document consultable par tous les professionnels - les règles de sécurité concernant le CO2.

Gaz inodore et incolore, il paralyse la fonction respiratoire et peut conduire à un décès, dès 8 % de concentration dans l’atmosphère respiré.

Chez les viticulteurs, le risque d’intoxication se manifeste surtout lors de la fermentation, mais aussi lors des périodes de maintenance des cuves.

Les quantités produites sont importantes (4 à 5 m3 de CO2 par hectolitre de vin). Le CO2, plus lourd que l’air, s’accumule en priorité dans les parties basses des cuves et des locaux.

Un précaution : la ventilation

La direction des risques professionnels de la CARSAT préconise donc, pendant la période de fermentation, de mettre en place une ventilation forcée systématiquement dans les locaux et les zones d’interventions particulières, lors du nettoyage des cuves par exemple. 


Un taux inférieur à 0,5 %

Dans tous les cas, l'utilisation de détecteurs fixes ou portables permet de vérifier l’absence de risque d’intoxication avant de pénétrer dans les locaux et au cours du travail. La concentration en CO2 doit être inférieure à 0,5 %, celle en oxygène supérieure à 19 %.

Il est également recommandé qu'une personne assure une surveillance à l'extérieur des bâtiments concernés.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
monoxyde de carbone faits divers viticulture agriculture économie vendanges santé société