Cet article date de plus de 4 ans

Avec le froid, attention à l'intoxication au monoxyde de carbone

Jeudi, cinq personnes ont été intoxiquées par le monoxyde de carbone à Longvic (Côte-d'Or). Avec le froid, les risques sont importants. Parmi les bons gestes à adopter, il est important de faire vérifier ses installations de chauffage chaque année.
© Maxppp
Jeudi soir, un problème de chaudière défectueuse a intoxiqué 5 personnes dans un pavillon à Longvic (Côte-d'Or). Un père de 40 ans et ses quatre enfants de 6 à 16 ans ont été pris en charge par les pompiers autour de 18h30. Ils ont tous été transportés vers le centre hospitalier de Dijon.

Chaque hiver en France, plusieurs milliers de personnes sont victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone. Avec les températures très froides comme ces jours-ci, les risques sont plus importants. 

En Bourgogne Franche-Comté, l'an dernier, 168 personnes ont été touchées par une intoxication au monoxyde de carbone. 137 ont dû être admises aux urgences, 49 hospitalisées. Cinq sont malheureusement décédées. 

Quels sont les symptômes d'une intoxication ?


Le monoxyde de carbone est un gaz "traître" parce qu'il est quasi indétectable et que les symptômes de l'intoxication peuvent faire penser à une gastroentérite. Cela peut se traduire par des maux de tête, de la fatigue, des nausées.

Le monoxyde de carbone se fixe sur l'hémoglobine et prend la place de l'oxygène, ce qui aboutit à ce que le coeur ou le cerveau ne soit plus oxygénés. Le traitement consiste à donner de l'oxygène, voire à placer le patient dans des caissons hyperbares dans les cas les plus graves.

Une intoxication importante peut conduire au coma et à la mort, parfois en quelques minutes.

Quels sont les bons gestes à adopter ?

Il est important de faire vérifier ses installations de chauffage et ses conduits de fumée par un professionnel qualifié au moins une fois par an.

Il faut également aérer régulièrement son logement et ne jamais obstruer les grilles d'aération.

Il ne faut pas utiliser de chauffage d'appoint en continu, ou faire fonctionner des engins à moteur thermique dans un espace fermé.

Des détecteurs existent pour mettre en évidence la présence de monoxyde dans l'air intérieur. Mais à l'inverse de ceux qui détectent la fumée, ils ne sont pas obligatoires.

Reportage : Cécile BANASIK et Quentin CEZARD – Montage : Eric VIAL
Avec : Victor Garby (Chauffagiste Veligaz), Commandant Olivier Roy (Officier chargé de la communication)

durée de la vidéo: 01 min 52
Avec le froid, attention à l'intoxication au monoxyde de carbone ©France 3 Bourgogne

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
froid météo faits divers