Bourgogne : les élus réagissent après les attentats de Paris

Dès l'annonce des attentats de Paris ce vendredi 13 novembre dans la nuit, les élus politiques de Bourgogne de tous bords ont fait part de leurs réactions de colère, de tristesse; plusieurs ont annoncé également leur décision de suspendre leur campagne électorale. 

© maxppp

De nombreux élus ont fait part de leur émotion 


Francois Rebsamen, le maire de Dijon (PS) a écrit : "nous sommes saisis par l'horreur de ces attentats odieux qui visent la France et ont fait de très nombreuses morts et blessés dans la capitale. Mes premières pensées et vont aux victimes. J'appelle chacun au sang froid et à la responsabilité dans l'unité et la fraternité. J'apporte toute ma confiance au Président et au Gouvernement pour que notre réponse soit celle d'une République forte et rassemblée."


Message très court mais clair de Françoise Verjux-Pelletier, adjointe au maire de Chalon-sur-Saône



Arnaud Danjean, conseiller régional (Les Républicains) a fait part de son "effroi total mais malheureusement pas une surprise". Il ajoute que pour lui, la priorité absolue ce sont" les victimes et les forces de l'ordre; le reste,on en reparlera plus tard". 






 


Après un tweet de réaction à chaud, Safia otokoré, élue régionale socialiste, conclut "nous continuerons à vivre librement, passionnément, et sans avoir peur!"







 

Une réaction d'émotion de Ludovic Rochette, maire UMP de Brognon et vice-président du Conseil Général





 

Réaction sous forme d'humour de Thierry Corniot, maire de Seignelay (Yonne) :




Des élus ont appelé à des rassemblements dans leurs communes


Gilles Platret, le maire de Chalon-sur-Saône (Les républicains) indique dans un communiqué que "face à la barbarie qui frappe notre pays, j'invite les Chalonnais et les habitants de notre région à se rassembler pour se recueillir ce samedi à 12 h 30 devant l'hôtel de ville. A l'heure où la France est attaquée, montrons notre unité en nous retrouvant tous devant notre maison commune."
Un rassemblement est également organisé au Creusot en Saône-et-Loire à 12h, à l'initiative du maire socialiste André Billardon. A Joigny dans l'Yonne, même appel au rassemblement à midi par le maire Bernard Moraine.
Rémy Rebeyrotte, maire d'Autun, propose "à l'ensemble de la population autunoise et plus largement de l'Autunois- Morvan de nous retrouver demain dimanche à 12h à l'hôtel de ville, place du Champ de Mars, pour une minute de silence, un temps de solidarité et de recueillement en soutien aux familles.Ce sera également l'occasion de rappeler que la défense de nos valeurs humaines, républicaines et démocratiques est un combat et que jamais nous n'accepterons de plier l'échine devant la terreur et l'abjection. Notre coeur est profondément meurtri mais notre volonté doit, plus que jamais, rester ferme, pour l'avenir de nos enfants".




Certains élus ont annoncé leur décision de suspendre leur campagne électorale


Le candidat de la droite, François Sauvadet a été un des 1ers à réagir. Il s'est dit "horrifié par les événements en cours à Paris" et en "solidarité avec les victimes et soutien à nos forces de l'ordre".








Marie-Guite Dufay, tête de liste de la gauche socialiste, a exprimé son "horreur" et sa volonté que "tous [nous soyons] avec les victimes et leurs familles"

 

Maxime Thiébaut, candidat du parti Debout la France, a affiché sa solidarité avec les victimes et leur famille et souhaité "courgae aux forces de l'ordre".








Le candidat du Front national Julien Odoul a tweeté que "la fermeture de nos frontières est une décision sage du Président de la République. Sage mais trop tardive"






 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers terrorisme politique élections régionales élections attentats de paris