Bourgogne : quels collèges et lycées se mobilisent contre la baisse de moyens en 2020 ?

Opération lycée mort à Charles-de-Gaulle à Dijon
Opération lycée mort à Charles-de-Gaulle à Dijon

Le 3 février dernier, la rectrice de l'Académie de Dijon annonçait des coupes claires dans les moyens alloués aux collèges et lycées. Sans surprise, certains établissements commencent à se mobiliser : à Dijon, Auxerre, Clamecy et Cosne/Loire notamment.

Par Maryline Barate

L’académie de Dijon perdra 104 postes d’enseignants dans le second degré à la rentrée 2020. C'est ce qu'a annoncé la rectrice Nathalie Albert-Moretti lors d'une conférence de presse lundi 3 février 2020, justifiant cette décision par la baisse démographique scolaire. Ses services prévoient 1 126 élèves de moins dans les collèges et lycées de Bourgogne à la rentrée scolaire. Résultat, des actions commencent à être menées dans différents établissements de la région en guise de protestation.


Le lycée Charles de Gaulle à Dijon

Selon un communiqué de presse du syndicat Snacl, 87 enseignants sur la centaine que compte le lycée Charles de Gaulle de Dijon participent à une action lycée mort ce jeudi 13 février 2020.

Ils protestent contre la suppression de 5 postes dans leur établissement devra supporter à la rentrée prochaine : 2 en maths, 1 en EPS, 1 en Allemand et 1 en Espagnol. Ils s'insurgent contre la perte d'une centaine d'heures d'enseignement qui met fin à des classes dédoublées en maths et en éducation civique.

Ils s'inquiètent de voir les effectifs des classes gonfler à 35 élèves par classe. Des coupes qui leur paraissent d'autant plus incompréhensibles qu'ils affirment dans leur tract que "nous ne connaissons pas de baisse des effectifs au lycée Charles de Gaulle".

 



Le collège Albert-Camus d'Auxerre

Ce vendredi 14 février 2020, ce sera au tour du collège Albert-Camus d'Auxerre de faire une opération collège mort. Dans un communiqué de presse commun les enseignants et les parents s'inquiètent du gonflement des effectifs car le projet du rectorat entraîne la fermeture d’une classe.

"Certaines classes auraient des effectifs entre 28 et 30 élèves. Travailler avec 26 classes dans des conditions dégradées est inacceptables pour les élèves comme pour tous les personnels.", lit-on encore dans ce texte. Le collège Albert-Camus accueille une partie des élèves qui auraient dû étudier à Bienvenu-Martin, établissement qui a été fermé récemment.

D'autres collèges de l'Yonne sont touchés par des fermetures de classe. Selon la FSU 89, le collège de Toucy, Les Chaumes à Avallon, celui d'Ancy-le-Franc, de Chablis, Brienon sont également concernés.

 
 

Mobilisation aussi dans la Nièvre


Dans la Nièvre, des mobilisations d'enseignants ont eu lieu fin janvier au collège Claude-Tillier de Cosne-sur-Loire et au lycée Romain-Rolland de Clamecy

Grève, tractage... A Tillier, les professeurs pestent contre la suppression de 50 heures d'enseignement alors que les effectifs sont stables et que cet établissement fait partie du réseau d'éducation prioritaire (Rep).

A Romain-Rolland, les enseignants avancent les chiffres de six postes de professeur et de trois classes supprimés à la rentrée 2020. Là encore, on ne décolère pas et on prédit déjà des classes surchargées.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus