110 km/h sur autoroute : " On a fait un boulot énorme et on est fiers " l'un des 150 citoyens répond aux critiques

Chargée de travailler à la lutte contre le dérèglement climatique, la convention citoyenne propose notamment le passage de 130 à 110 km/h sur autoroute. Une proposition qui fait déjà réagir entre les sceptiques et les enthousiastes.

Parmi les 150 propositions de la convention citoyenne pour le climat, le passage à 110 km/heure sur autoroute fait déjà débat.
Parmi les 150 propositions de la convention citoyenne pour le climat, le passage à 110 km/heure sur autoroute fait déjà débat. © France 3 Bourgogne

Baisser la limitation de vitesse de 130 à 110 kilomètres/heure sur les autoroutes de France, c’est une des propositions émises par la convention citoyenne. Chargés par le gouvernement de faire des propositions afin de lutter contre le dérèglement climatique, les 150 Français (dont 2 Bourguignons) tirés au sort ont transmis 150 propositions (disponibles ici).

Une mesure " assez ridicule "

Depuis la publication du rapport, dimanche 21 juin 2020, les réactions s'enchaînent. Coordinateur du collectif  " Motards en colère de l'Yonne ", Dider Boderau parle d'une " mesure assez ridicule ". Pour ce motard cette mesure " n’apportera pratiquement rien. Cela a été démontré par le confinement où il n'y avait plus de circulation et où les polluants ont très peu diminué. " 

Selon lui, les usagers de la route seront victimes de cette décision. " L’automobiliste et l’usager de la route en général est le bouc-émissaire. C’est facile de taper sur eux et de les culpabiliser " expose-t-il.

Une efficacité " mathématique " pour les défenseurs de cette proposition

Membre de l'association de défense de l'environnement et de la nature de l'Yonne, Edwige Dorbon soutient cette mesure. D'après cette militante, l'efficacité d'une telle proposition est " mathématique " : plus vous dépensez d’essence plus vous émettez de gaz à effets de serre ". 

Elle développe : " que cela soit compliqué à accepter c’est une évidence mais pour moi c’est une bonne mesure. C’est vrai que ça va faire hurler une bonne partie des gens, ceux qui n’ont pas conscience qu’on est dans un tunnel qui nous mène vers le vide. "

 

Victor Costa fait partie des 150 personnes tirées au sort pour participer à cette consultation citoyenne. L'Icaunais le reconnait, il est très difficile de " faire bouger les mentalités ". Cette proposition sur la limitation de vitesse en est la preuve :

C’est très difficile de faire bouger les mentalités et quand cela touche à la liberté cela pose problème. (...) On a deux options, on peut se dire « moi je veux ma liberté et je m’en fous des autres pour plus tard » ou alors on prend conscience des problèmes et on se dit « je vais perdre un peu de liberté avec les voyages et la vitesse pour qu’il y ait une continuité plus tard pour nos enfants, nos petits-enfants » ". 

Fatigué après un week-end très éprouvant, Victor Costa se dit satisfait par le travail effectué même si les critiques l'ont touché. " On a fait un boulot énorme et on est fiers. Il y aura toujours des gens qui vont nous critiquer, est-ce qu’ils critiquent pour faire le buzz ? Pour passer à la télé ? Pour être contradictoires ? En tous cas, nous on sait qu’on a bossé sur tous les sujets, qu’on a été sincères ".

Lundi 29 juin, Emmanuel Macron annoncera ce qu'il adviendra des 150 propositions émises en décidant de les soumettre au Parlement ou à référendum.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement autoroute économie transports réchauffement climatique climat