Agriculture : le nouveau plan loup est en consultation jusque fin janvier

Le plan loup 2018-2023 est soumis depuis le 8 janvier à une consultation publique. Présenté avec le ministère de l'Agriculture, ce quatrième plan national est dénoncé par les représentants des éleveurs. 

Par AFP

Le quatrième plan national sur le loup a été mis en ligne sur le site du ministère de l'Écologie. Le public a jusqu'au 29 janvier pour déposer des observations. "Le gouvernement se fixe un double objectif : le premier c'est assurer la viabilité, pour l'instant incertaine, de l'espèce sur notre territoire. C'est un objectif non négociable", a dit Nicolas Hulot. 


► "Le nombre actuel - 360 loups, bientôt sans doute 400 - est encore insuffisant, et nous visons au moins 500 avant la fin du quinquennat, conformément à nos engagements pour la biodiversité", a-t-il souligné. 
"Le deuxième objectif, à parité avec le premier, est la protection des éleveurs et troupeaux", a-t-il ajouté, évoquant une "priorité absolue" dans "le renforcement des mesures de protection".

Le plan prévoit, par exemple, des aides à la protection (gardiennage, chiens, parcs, analyses de vulnérabilité...), la création d'un observatoire des mesures de protection et d'un accompagnement technique, la mise en place d'une filière de qualité pour les chiens de protection... 

S'agissant du nombre de "prélèvements" (abattages) de loups autorisés chaque année, il se base sur les préconisations scientifiques : qu'ils ne dépassent pas 10 % de la population. "Cela signifie limiter les prélèvements de loups à 40 individus en 2018. Ce n'est pas idéal mais c'est un chiffre stable alors que la population croît de 10 %", a souligné M. Hulot.

Concernant l'indemnisation des éleveurs victimes d'attaques (3,2 millions d'euros ont été accordés en 2016, soit + 60 % depuis 2013), elle sera désormais soumise à la mise en place préalable de mesures de protection, autre motif de mécontentement des éleveurs. Ce "principe doit être appliqué de manière progressive et adaptée" à chaque cas, souligne le plan.

► Espèce protégée, le loup, disparu depuis les années 1930, est revenu par l'Italie à partir de 1992. Notamment présent dans les Alpes, il a tué près de 10.000 brebis en 2016. "On ne peut exiger des pays africains qu'ils protègent leurs lions si nous-mêmes en France, on n'est pas capable de cohabiter avec le loup et l'ours. (...) C'est un défi de civilisation que propose de relever ce plan", fait valoir Nicolas Hulot.

A lire aussi

Sur le même sujet

Gueugnon : l’usine Aperam mise en demeure pour des rejets polluants illégaux

Les + Lus