Face au changement climatique, des vignerons de Bourgogne se tournent vers la production... de bière !

Publié le Mis à jour le

Alors que les épisodes de gel se multiplient année après année, certains viticulteurs ont décidé de diversifier leur activité. Sur la côte chalonnaise, deux frères viticulteurs se sont tournés vers la production de... bière !

Les épisodes climatiques hasardeux avec des pertes de récolte importantes ont motivé les frères Desfontaine à se tourner vers une diversification.

Episode de gel ce week-end

Le coup de froid attendu de ce week-end du 2 et 3 avril a ravivé les peurs de l'année dernière et de ses fortes gelées printanières. Pour Xavier Desfontaine, la nuit dernière a été préoccupante : "on a eu -4,1°c, avec pas trop d'humidité. Les bourgeons ici n'ont pas été complètement débourrés. Ils ont été résistants. Ils ont réussi à tenir le coup pour cette nuit. Il n'y a pas eu de grosse casse la nuit dernière."

Que ce soit à cause du gel ou de la sécheresse, le domaine viticole de 30 ha des deux frères a subi des pertes de production considérables depuis quelques années. -40% en 2019, - 50% en 2020 et -60% au printemps dernier. 

Une situation inquiétante qui les a conduit à imaginer un scénario alternatif pour leur exploitation. Autrefois, le modèle économique s'effectuait avec polycultures et élevage, ce qui permettait aux agriculteurs de se mettre plus en sécurité. 

Arnaud Desfontaine explique comment la viticulture seule est devenue plus risquée : "Dans les années 70, on a complètement arrêté la polyculture et l'élevage, pour se consacrer à une mono-activité. Depuis 10 ans, on se rend compte que ce modèle économique n'est plus adéquat, et une deuxième activité doit nous permettre de nous assurer un revenu."

Un brasseur à la recherche d'associés

Le brasseur BAB (Brasserie Artisanale de Bourgogne) était à la recherche d'un associé. Thomas Fournier avait débuté sa brasserie à Chagny en 2013.

C'est au lendemain des fortes gelées d'avril 2021 que les deux viticulteurs n'ont pas hésité à franchir le pas. 

Entre septembre et décembre 2021, les viticulteurs se sont rapprochés du brasseur. Et c'est en janvier 2022 qu'ils ont partagé en trois les parts de la brasserie BAB. 

Ils ont investi 300 000 euros pour cette activité de brasserie, avec des appareils plus autonomes et plus volumineux, et se sont installés dans les dépendances du château de Chamilly (côte chalonnaise).

Maintenant avec cette activité supplémentaire, cela apporte aux trois associés une rentabilité fixe et croissante, qui n'est plus dépendante des aléas climatiques.