La Saône-et-Loire soutient l'aide et l'accompagnement à domicile

Ce lundi 15 novembre, le Département de Saône-et-Loire a voulu faire un point d'étape sur les services d'aides et d'accompagnement à domicile. Une concertation avait été lancée il y a six semaines, et aujourd'hui le Conseil Départemental annonce des mesures fortes.

Dans un territoire vaste comme le département de Saône-et-Loire (8575 km2 de superficie) composé de zones urbaines et de territoires ruraux, le sujet de l'aide et de l'accompagnement des aînés était au centre de la politique du Président André Accary (DVD). Le Département souhaite engager des aides conséquentes dès l'année prochaine.

Un manque de personnel sur tout le territoire

Les services d'aide et d'accompagnement à domicile (SAAD) apportent de l'autonomie à des milliers de personnes pour les gestes de la vie quotidienne. Ces métiers manquent et sont mal rémunérés. En France, 60 000 postes ne sont pas pourvus actuellement, et 200 000 postes seront à renouveler, compte-tenu des départs à la retraite et du remplacement important.

Vieillissement de la population : la Saône-et-Loire au-dessus de la moyenne

En France 1 habitant sur 10 est âgé de plus de 75 ans. En 2050 ce sera 1 habitant sur 6.
En Saône-et-Loire, 25% de la population a plus de 65 ans, alors que la moyenne nationale est de 19,4%.

Devant ce constat, le Conseil Départemental avait commencé à agir dès 2015 :
- revalorisation de l'Allocation Personnalisée d'Autonomie
- pendant la crise sanitaire, un plan d'urgence de 15 M€ débloqué et 1 million de masques et de matériel de protection distribués
- dotation en kits d'aides techniques pour les salariés des services d'aide
- attribution de 50 véhicules de service, pour les services d'aide (expérimentation)

Des mesures applicables dès le 1er Janvier

Au cours d'une conférence de presse ce lundi 18 novembre, le Président André Accary a détaillé trois mesures fortes qui s'appliqueront dès le 1er janvier 2022 :
- un groupement de commande pour la location de 150 véhicules, à disposition des services d'aides et d'accompagnement (SAAD) publics et privés : par le biais d'une commande groupée, la demande permettra d'obtenir un tarif au plus bas. Cette commande porterait le parc à 200 véhicules (en plus des 50 véhicules déjà achetés par le Département)

- Le 1er octobre, le Gouvernement a annoncé une revalorisation des salaires des aides à domicile. Le reste à charge pour le Département est de 30% en 2021 et 50% en 2022. Les autres SAAD, ceux du secteur privé, n'ont pas été pris en compte par le Gouvernement. Le Département prendra à sa charge la totalité de la revalorisation, soit un coût de 4,6M€ pour le Département (soit une augmentation de +2,2M€)  

- Dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale, le Gouvernement avait annoncé (par la parole du premier Ministre Jean Castex en déplacement à Autun le 23 septembre dernier) un barème minimum de prise en charge de 22€ de l'heure d'intervention au titre de l'Allocation Personnalisée autonomie (APA) et de la Prestation compensatoire handicap (PCH).
Le Département souhaite mettre en place dès le 1er janvier 2022 une prise en charge à 23€ de l'heure. Cette mesure extralégale représente un financement supplémentaire de près d'1M€.

André Accary souhaite présenter ces mesures au vote du budget devant l'Assemblée Départementale en décembre. Le président a rappelé qu'il restait fidèle à sa "priorité de mandat" : "on prend un certain risque à s'engager sur ces aides, car le reste à charge pris par les départements peut évoluer en fonction de la politique sociale prise par le Gouvernement dans les prochaines années."

Un engagement sur la durée

Le Président du Département de Saône-et-Loire a insisté sur l'engagement pris en direction de l'autonomie des séniors : "C'est un vrai souci, des gens viennent me voir pour me dire qu'ils sont inquiets de l'avenir pour leurs parents. Tout ce qui pourra améliorer la situation, il faut que tout le monde puisse en bénéficier. Je souhaite maintenir cette approche globale concernant les services d'aide du public comme du privé."

De plus, le Président s'est félicité d'avoir pu créer au cours de la concertation avec les SAAD un lien fort, "qui s'engage sur la durée".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société génération senior