Candidats, enjeux, mode de scrutin : ce qu'il faut savoir sur les sénatoriales en Bourgogne

Les candidatures pour les élections sénatoriales sont closes depuis le 11 septembre. En Bourgogne, huit postes sont remis en jeu. On vous explique les enjeux de ce scrutin.

L'hémicycle du Sénat en juin 2020.
L'hémicycle du Sénat en juin 2020. © Vincent Isore / MAXPPP

Le Sénat renouvelle la moitié de ses membres le 27 septembre prochain. En Bourgogne, les sénateurs de Côte-d'Or, de Saône-et-Loire et de l'Yonne remettent leur siège en jeu.

Les sénateurs sont élus par des grands électeurs. Ces grands électeurs sont députés, sénateurs, conseillers régionaux, conseillers départementaux et délégués des conseils municipaux. Ces derniers représentent au niveau national 95% des électeurs. Il existe deux modes de scrutin pour les élections sénatoriales :

 
Sénatoriales 2020 : le mode d'emploi du scrutin


Les dernières élections municipales n'ont pas bouleversé les équilibres politiques dans notre région. Une déferlante En Marche par exemple est donc difficile à imaginer, au vu du peu de mairies remportées par le parti présidentiel en Bourgogne, et du peu de grands électeurs ainsi obtenus. François Patriat, président du groupe LREM au Sénat, n'est lui-même pas certain de retrouver son siège en Côte-d'Or.

En 2014, il avait été élu sur une liste socialiste, qu'il partageait alors avec Colette Popard. Cette année, chacun est à la tête d'une liste. Celle menée par François Patriat est étiquetée LREM, celle de Colette Popard est classée divers gauche par le ministère de l'Intérieur.

Mais pour lui, les jeux ne sont pas faits. "Si on regarde les chiffres, il y a 1 600 grands électeurs en Côte-d'Or. Il en a 480 et quelques dans l'agglomération [de Dijon], nous expliquait François Patriat il y a quelques jours. Je ne serai pas sans faire de voix dans l'agglomération malgré tout, j'y compte quelques amis et quelques soutiens. Donc je ne compte pas les voix en tant que tel, mais je regarde quel est le rapport de force sur le terrain. Bien entendu, je vois bien qu'il y a des listes de droite classique qui disposent d'un potentiel de voix. Mais ce qui me fait sourire un peu, c'est que tout le monde se voit élu."
 

Je veux un vote qui soit celui du dépassement des partis. Je ne pense pas que tout le monde vote aujourd'hui pour des partis, surtout les nouveaux maires.

François Patriat, sénateur

 

Sénatoriales 2020 : en Côte-d'Or, François Patriat fait face notamment à Colette Popard


Côte-d'Or, trois sénateurs à élire


En Côte-d'Or, les trois sénateurs sortants sont candidats à leur réélection. Dans ce département, le vote se fait sur des listes. C'est le cas de François Patriat donc, qui a pris la tête d'une liste LREM. En 2014, il avait été élu sur une liste étiquettée socialiste. Le principal enjeu est de savoir si le chef de file des sénateurs macronistes pourra conserver son siège sous une autre étiquette. Face à lui, les deux autres sénateurs sortants Alain Houpert (LR) et Anne-Catherine Loisier (UDI) font liste commune, mais aussi une liste socialiste conduite par Colette Popard. Voici le détail des six listes candidates :
 

Liste Les Républicains


Liste divers gauche


Liste Europe écologie Les Verts


Liste Rassemblement national


Liste communiste


Liste divers centre


Saône-et-Loire, trois sénateurs à élire


En Saône-et-Loire, trois sièges sont à pourvoir. Seuls deux élus sortants sont candidats à leur réélection : le socialiste Jérôme Durain, également chef de file de la gauche au conseil régional, et Marie Mercier, sénatrice Les Républicains.

Le troisième élu sortant, Jean-Paul Émorine, n'a pas souhaité solliciter un nouveau mandat, lui qui est élu au Palais du Luxembourg depuis 1995. Il a apporté son soutien à Éric Michoux. Le maire d'Épervans, près de Chalon-sur-Saône, est à la tête d'une liste classée divers droite par le ministère de l'Intérieur.

Voici le détail des six listes candidates :

Liste divers gauche
Liste divers droite
Liste divers droite
Liste divers centre
Liste Europe écologie Les Verts
Liste Rassemblement national  

Yonne, deux sénateurs à élire


Dans l'Yonne, deux postes sont à pourvoir. Seule Dominique Verien (groupe Union centriste) est candidate à sa réélection.

Parmi les autres candidats, on retrouve un secrétaire d'État et un député en exercice. Jean-Baptiste Lemoyne, aujourd'hui secrétaire d'État en charge du tourisme, des Français de l'étranger et de la francophonie, a déjà été sénateur entre 2014 et 2017. Alors qu'il était encore membre du parti Les Républicains, il avait été le premier parlementaire à appeler à voter pour Emmanuel Macron en mars 2017. Nommé au gouvernement, il avait laissé son siège de sénateur à sa suppléante, Noëlle Rauscent. Cette fois, il se présente sous l'étiquette En Marche.

André Villiers, député UDI de la deuxième circonscription de l'Yonne, est lui aussi candidat. Il a déjà été sénateur, entre 2009 et 2012. Il était alors membre du groupe Union centriste.
 
Le député André Villiers et le secrétaire d'État Jean-Baptiste Lemoyne sont candidats.
Le député André Villiers et le secrétaire d'État Jean-Baptiste Lemoyne sont candidats. © Christophe Morin / MAXPPP | Thomas Padilla / MAXPPP

On compte au total sept candidats dans le département :
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections sénatoriales politique élections