Transports : la Bourgogne-Franche-Comté va recevoir trois trains à hydrogène pour 2023

Les Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Occitanie viennent de lancer la première commande de trains bi-mode électrique-hydrogène en France, selon un communiqué du ministère chargé des transports. Détails. 

Image numérique du futur train régional à hydrogène conçu par Alstom, qui circulera dans l’Yonne.
Image numérique du futur train régional à hydrogène conçu par Alstom, qui circulera dans l’Yonne. © ALSTOM DESIGN & STYLING

La région Bourgogne-Franche-Comté fait depuis plusieurs années de l'hydrogène un axe de développement majeur. La commande était prévue depuis un moment. Marie-Guite Dufay, présidente de notre région, l'avait d'ailleurs annoncée il y a plusieurs mois : "La Région va consacrer 50 millions d’euros à l’achat de trains à propulsion mixte hydrogène/électricité"

Ce 8 avril, un communiqué de presse du ministère en charge des transports l'annonce fièrement. La première commande de 12 trains "bi-mode électrique-hydrogène" en France a été passée, et notre région fait partie des 4 régions bénéficiaires. Trois trains de ce type sont destinés à la Bourgogne-Franche-Comté, pour un montant de 52 millions d'euros. Ces TER devraient circuler à partir de 2023.

Des rames basées à Auxerre

"Ces rames sont destinées à rouler entre Auxerre et Laroche-Migennes et feront partie d’un écosystème territorial basé à Auxerre, premier en France à intégrer le train" précise Marie-Guite Dufay.

"Cette première nationale contribue à l’ambition de transition énergétique visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et le bruit, enjeu soutenu par l’Etat français au travers de son plan Hydrogène initié en juin 2018" se félicite les différents protagonistes régionaux et ministériels ainsi que la SNCF et la société Alstom. C'est cette dernière qui développe les trains.

A lire aussi par ici : Industrie : cinq questions que vous vous posez au sujet de l'hydrogène.

Le train Coradia Polyvalent bi-mode électrique-hydrogène bénéficie d’une autonomie pouvant aller jusqu’à 600 km sur les portions de lignes non électrifiées. Composé de 4 voitures, ce train de 72 mètres offre une capacité totale de 218 places assises et les mêmes performances dynamiques et de confort que la version bi-mode électrique-diesel.

Le développement et la fabrication des Coradia Polyvalent mobilisent plus de 2 000 emplois en France chez Alstom et ses fournisseurs. Six des 15 sites d’Alstom en France participent au projet : Reichshoffen (67) pour la conception et l’assemblage, Ornans (25) pour les moteurs, Le Creusot (71) pour les bogies, Tarbes (65) pour les chaînes de traction et le développement de la propulsion hydrogène, Villeurbanne (69) pour l’informatique embarquée et Saint-Ouen (93) pour le design.

Communiqué de presse

"Pionnière sur cette technologie stratégique, la grande Région a su combiner les talents et les compétences à la fois de la Bourgogne et de la Franche-Comté pour prendre le virage de l’hydrogène" a expliqué Marie-Guite Dufay, présidente de la région BFC.

La Bourgogne-Franche-Comté en pointe sur l'hydrogène

En 2016, la Bourgogne-Franche-Comté a été labellisée Territoire Hydrogène par le Ministère de l’Environnement. Certaines entreprises de notre région ont fait de la recherche sur l'hydrogène leur spécialité.

C'est le cas de H2SYS à Belfort (90), mais aussi de MAHYTEC, distributeur d’électrolyseurs, à Dole (39), dans le Jura. H2SYS a notamment créé un groupe électrogène à hydrogène pour produire de l'électricité partout, sans bruit gênant ni dégagement de CO2. MAHYTEC s'est quant à elle spécialisée dans le stockage de l'hydrogène. À Bavans (25), la société Faurecia travaille depuis 2016 sur la technologie de pile à combustible et sur l'hydrogène.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergie environnement transports économie industrie