Coronavirus Covid-19 : 6% des habitants de Bourgogne-Franche-Comté infectés d'ici le 11 mai, estime l'Institut Pasteur

Environ 6 % des habitants de notre région auront été infectés par le Covid-19 d'ici le 11 mai, estime une étude de l'Institut Pasteur. Un chiffre qui ne permettra pas de compter sur une immunité collective pour lutter contre le virus.
À l'Institut Pasteur (Paris), où des prélèvements sont analysés afin de détecter la présence éventuelle du coronavirus. (archives)
À l'Institut Pasteur (Paris), où des prélèvements sont analysés afin de détecter la présence éventuelle du coronavirus. (archives) © Guillaume Georges/MAXPPP
5,7% des habitants de Bourgogne-Franche-Comté auront été infectés par le coronavirus le 11 mai, selon des estimations publiées ce mardi 21 avril par l'Institut Pasteur.  Un niveau semblable à la moyenne nationale, mais très insuffisant pour éviter une deuxième vague épidémique si toutes les mesures étaient intégralement levées après cette date.

"Pour que l'immunité collective soit suffisante pour éviter une deuxième vague, il faudrait 70% de personnes immunisées. On est très en-dessous", explique à l'AFP l'auteur principal de l'étude, Simon Cauchemez. 
 

"Il faut se préparer à devoir reprendre progressivement une vie qui ne sera jamais comme avant et dans laquelle on intégrera systématiquement toutes les mesures barrières, avec vigilance. Parce que le moindre défaut sur les mesures barrières risque de déclencher de nouveau une vague épidémique", complète Éric Blondet, président de l'union régionale des professionnels de santé (URPS) des médecins libéraux de Bourgogne-Franche-Comté.

"Quand on a une épidémie par un agent viral qui va entraîner une réponse sous forme d'anticorps, on peut obtenir une immunité collective à partir du moment où une part suffisante de la population a des anticorps protecteurs", poursuit-il. "Quand on fait des campagnes de vaccination, l'éradication de grandes pathologies infectieuses intervient quand on a obtenu une couverture vaccinale de la population de plus de 70%."

"Pour le Covid, on a des indicateurs qui disent très clairement qu'on n'aura pas d'immunité collective.  Ce qui veut dire un besoin encore plus prégnant d'un vaccin. Et pour ça, il va falloir le temps de le développer et de vérifier qu'il soit sûr et efficace."

 
 

Déconfinement très progressif

La perspective d'un rebond de l'épidémie obligera à un déconfinement très progressif à partir du 11 mai, a d'ailleurs prévenu dimanche le Premier ministre Edouard Philippe, selon qui les Français ne retrouveront "pas tout de suite et probablement pas avant longtemps" leur "vie d'avant".

La faible part de population infectée est due au confinement lui-même, relève l'étude, selon laquelle "le nombre moyen de personnes infectées par un cas est passé de 3,3" avant le confinement "à 0,5 pendant".

Réalisée par l'Institut Pasteur en collaboration avec l'agence sanitaire Santé publique France et le CNRS, l'étude se base sur des modélisations mathématiques et statistiques.

Ces outils permettent de croiser les données sur les décès et sur la probabilité de mourir quand on est infecté, afin de parvenir à une estimation de la part de population infectée à la date du 11 mai (5,7%, soit 3,7 millions de personnes).

"L'intervalle d'incertitude est important, entre 3 et 10%", note l'auteur principal de l'étude, Simon Cauchemez. Mais "que ce soit 6%, 10% ou même 20%, ça ne change pas vraiment la nature du problème, qui est que dans tous les cas, on sera très loin des 70% dont on aurait besoin pour pouvoir faire une sortie du confinement sans problème", souligne-t-il.
 

L'Île-de-France et le Grand Est les plus touchés

La proportion de la population infectée est logiquement plus importante dans les régions davantage touchées par l'épidémie, l'Île-de-France (12,3%) et le Grand Est (11,8%), selon ces travaux de modélisation.

Par ailleurs, l'étude estime que 0,5% des personnes infectées meurent"La létalité varie avec l'âge et le sexe", commente M. Cauchemez. "Les hommes sont bien plus à risque de décéder lorsqu'ils sont infectés que les femmes (ils ont un risque 50% supérieur aux femmes) et ce différentiel augmente avec l'âge", poursuit-il. Ainsi, le taux de décès est de 13% chez les hommes de plus de 80 ans.

Enfin, ces travaux montrent que le risque d'hospitalisation est de 2,6% pour les personnes ayant été infectées. Il augmente fortement avec l'âge pour atteindre 31% chez les hommes de plus de 80 ans. "Le confinement (...) a permis d'écrêter le pic épidémique", mais l'épidémie "reste à un niveau qui est élevé", a déclaré ce mardi matin sur France 2 et franceinfo le ministre de la Santé, Olivier Véran.
 
"Ce n'est pas un pic, mais un plateau dont la durée est variable", a-t-il poursuivi. "Depuis le début, nous disons qu'il y aura une phase de plateau et ensuite une phase de décroissance et il faut que le nombre de malades soit le plus bas possible au moment du déconfinement pour être capable de dépister chaque personne, de l'isoler, de la tester (...) dans de bonnes conditions", a conclu le ministre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société