Coronavirus Covid-19 : Les examens de fin d'année à l'Université de Franche-Comté se feront à distance

© Lionel Vadam - maxPPP
© Lionel Vadam - maxPPP

23 000 étudiants de l’université de Franche-Comté attendaient de savoir comment se dérouleront leurs examens de fin d’année. Le coronavirus a complètement chamboulé le planning. La CFVU, Commission de la Formation et de la Vie Universitaire,  a rendu sa copie.

Par Emmanuel Rivallain

Les partiels de fin d’année n’auront pas lieu. En tout cas pas comme prévus. L’information devrait être transmise dans tous les départements d’études de l’université de Franche-Comté ce jeudi 16 avril. Point final d’une longue réunion qui s’est tenue hier après-midi jusque dans la soirée autour du président de l’université.
 

Les examens vont se tenir mais hors les murs de l’université

Au terme de 6 heures de réflexion, la CFVU, Commission de la Formation et de la Vie Universitaire, a décidé de maintenir les examens mais sans mettre les pieds à la fac. Explications.

Les étudiants -et leurs familles- étaient nombreux à se poser des questions sur la validation de leur année. Comment envisager des examens et quelle sorte d’examens, en temps de coronavirus ? Des questions qui hantaient aussi le corps enseignant. Dans l’attente d’une réponse, toutes les possibilités étaient sur la table et dans les esprits parfois très imaginatifs. Des salles d’expo ou de sports réquisitionnées pour faire passer des examens sans se toucher jusqu’à l’annulation pure et simple des examens. On parle dans ce cas de neutralisation. Comme en mai 1968. Il n’en sera rien. « On ne voulait pas banaliser un semestre entier alors que les étudiants ont travaillé pendant les 3/4 du 2ème semestre. Ca aurait été injuste» nous a confié l’un des membres de la commission. « Et puis ce n’est pas bon pour un étudiant qui veut postuler après dans une autre université. Les trous dans la raquette se voient toujours ». Les examens vont donc se tenir mais hors les murs de l’université.

Selon nos informations, les partiels n’auront donc pas lieu, mais attention, le contrôle continu sera en revanche systématiquement privilégié. Des examens ou des travaux auxquels les étudiants ne couperont pas d’ici à la fin du mois de juin. Une exception à cette règle, les étudiants de médecine de 1ère année. La PACES est un concours qui relève de l’Etat et non des universités elles-mêmes. Pour ces étudiants rien de fixé, le concours sera peut-être repoussé de 15 jours mais il devrait se tenir.


Les étudiants de l'Université de Franche-Comté seront fixés dans 8 jours

Dans ces conditions chaque composante ou matière devra s’organiser. Les responsables des départements avaient anticipé. Ils ont une semaine pour ajuster le gabarit à leur enseignement. Ils peuvent réduire le nombre d’examens, réduire aussi la durée. La semaine de vacances qui se profile sera mise à profit pour organiser, planifier et donner une réponse ferme et définitive aux étudiants dans huit jours. Cela va des études de sports (STAPS) au Droit en passant par les Sciences Humaines (Langues, Histoire, Psychologie…). Pas vraiment des vacances pour les profs.


Des examens à distance

Les étudiants seront prévenus 15 jours à l’avance. Ils réaliseront leur examen, leur dissertation en temps réel chez eux. La CFVU insiste sur ce point, aucun étudiant ne sera lésé. L’université s’assurera que chaque étudiant est en mesure de passer le ou les examens sur son lieu de vie. Pour ceux qui ne pourraient pas (pas d’espace personnel pour rédiger sereinement, pas de liaison internet, pas d’outil numérique), des solutions seront proposées. L’université se donnera les moyens au cas par cas. C’est pour cela qu’elle préviendra 15 jours à l’avance. Les étudiants qui ne répondront pas à la convocation seront contactés une deuxième fois par la scolarité. On estime que 10% environ des étudiants en France ne sont pas en mesure de travailler correctement chez eux.


L’examen chez soi pose quelques interrogations

Comment s’assurer que l’étudiant ne va pas faire faire le travail par un autre ? C’est clairement un point sensible sur lequel l’université n’entend pas trop disserter. A ce propos, le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’innovation avait encouragé récemment les universités à faire appel à des sociétés privées pour surveiller les étudiants à distance. Le coût est connu. 12 euros par étudiant par examen. L’Université de Franche-Comté n’a pas retenu la proposition, beaucoup trop chère et discutable sur le plan éthique. Comment éviter la fraude ? Les étudiants devront montrer leur carte devant la camera de leur ordinateur ou scanner leur carte d’étudiant. Pas optimal mais mieux que rien.


Maintenir les bornes de l’année universitaire, sur quel calendrier ?

L’université souhaite garder le calendrier d’examens prévu. En débordant un peu s’il le faut. Pas de report en juillet ni en septembre. Cette option -repousser ou différer- était crainte par beaucoup d’étudiants. Ceux de licence, par exemple qui ont besoin de leurs résultats le plus tôt possible pour postuler en Master pour la rentrée suivante. Déborder les examens sur le mois de juillet, les syndicats étudiants y étaient aussi opposés. Nombre d’étudiants ont besoin de travailler l’été pour financer leurs études. `

La deuxième session, session de rattrapage aura lieu 15 jours après les examens, fin juin. L’université veut, là encore, tenir ce calendrier, « maintenir les bornes de l’année universitaire ».
En résumé la CFVU a insisté sur 3 points. Adaptation des examens pour chaque composante, bienveillance et souplesse dans tous les cas car cette année reste exceptionnelle, maintien des dates.
Comment réviser maintenant ? Les bibliothèques ou salles d’études restent fermées. Des heures d’ouvertures seront annoncées pour rendre les ouvrages empruntés ou en prendre pendant l’été.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus