Coronavirus : les pratiquants de canicross adaptent leurs sorties au confinement

C'est une façon très sportive de sortir son chien : le canicross se pratique pour le plaisir ou en compétition. Avec le confinement, les passionnés doivent s'adapter. Reportage sur la côte de Beaune.
© A.Borlot

Un kilomètre autour de chez soi, c'est la règle 

Eux-aussi, ils sortent régulièrement leur chien. Ou plutôt, ils sortent AVEC leur chien : l'animal, muni d’un harnais, est relié à son maître et ils courent ensemble, le plus souvent dans la nature.
Mais les amateurs de canicross ont dû eux-aussi s'adapter aux règles du confinement et limiter leurs sorties à une heure et un kilomètre autour du domicile du maître.

Alexandre Baudrand et Anthony Borlot ont rencontré trois passionnés près de Beaune (21)

Intervenants : Guy Delepau, délégué régional de canicross
                       Hélène Bussière, pratiquante de canicross
 
A partir du 11 mai, les passionnés vont retrouver leurs parcours habituels. Les licenciés des clubs eux, pourront reprendre l'entraînement, en respectant les nouvelles consignes : 10 personnes maximum, espacées de 10 mètres et à moins de 100 km de leur domicile. 


Sport loisir ou compétition

Le canicross peut se pratiquer en guise de loisir, ou en compétition. La fédération précise que "le but pour l’animal, est de participer activement en aidant son maître à parcourir une distance définie. 
Le chien doit avoir 12 mois pour commencer la compétition. Le canicross s’adresse à tous et pour toutes les races."
Il existe 130 clubs de loisirs canins affiliés à la fédération, dont deux en Bourgogne-Franche-Comté.

La FSLC précise aussi qu'il faut "impérativement respecter l’allure de l’animal et l’animal lui-même. Si le chien ne veut plus courir ou ralentit, le maître doit s’arrêter ou ralentir, il est INTERDIT de le forcer à courir en tirant. Le chien doit toujours être devant, au pire au coté de son maître, JAMAIS derrière."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport nature animaux