Côte-d'Or : l'ancien ingénieur est désormais épicier ambulant

Huit Français sur dix rêvent, paraît-il, de changer de vie. C'est ce qu'a fait un jeune ingénieur, originaire de Selongey en Côte-d'Or. Il est revenu dans sa commune pour devenir épicier ambulant. Son crédo : les produits locaux.

Florian Garzo est depuis peu épicier ambulant.
Florian Garzo est depuis peu épicier ambulant. © Sylvain Bouillot / France Télévisions

À bientôt trente ans, Florian Garzo a décidé de changer de vie. Cet ingénieur de formation est devenu épicier ambulant. Il sert depuis quelques jours ses premiers clients en Côte-d'Or, autour de Selongey. "Ça fait deux jours que je me dis que j'ai l'impression d'avoir fait ça toute ma vie. Je suis hyper à l'aise. C'est vraiment l'idéal que je me faisais de cette épicerie ambulante. Je me sens à ma place", se satisfait le jeune homme.

Passer de la conception mécanique à la découpe du jambon persillé, il fallait oser. Il a tout plaqué pour monter sa propre affaire. Les clients, en tout cas, valident son choix. "Ça dépanne pour les personnes âgées qui ne conduisent plus", confie un habitant. "Ça fait quand même soixante kilomètres aller-retour pour aller aux courses, donc c'est très bien qu'il soit là. Surtout un jeune qui s'installe, c'est encore mieux", ajoute une autre.

Circuit court

Toute la semaine, Florian va aller de village en village. Il en deservira 23. Son planning détaillé est disponible sur son site internet. Tout a commencé par un coup de fil aux maires des communes de son secteur. "Pour savoir déjà s'ils avaient l'envie ou le besoin d'avoir ce service dans leur commune. Il est apparu qu'il y avait une grosse demande sur des commerces de proximité, des produits locaux, ajoute le néo-commerçant. Pour moi, l'idée est vraiment de rester en économie locale, voire même hyper-locale en circuit court."

Le jeune épicier va chercher la plupart de ses produits chez des agriculteurs ou des artisans dans un rayon de trente kilomètres autour de chez lui. Et les clients, qui découvrent, apprécient. De quoi rassurer Florian. "Je ne m'attendais pas vraiment à ça. C'est bien, ça veut dire que j'ai visé juste. Si je peux m'épanouir là-dedans et en plus faire plaisir aux gens ça me va."

Côte-d'Or : l'ancien ingénieur est désormais épicier ambulant

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ruralité société consommation économie