"C'est un petit séisme " : cette année, Alain et Pauline fêteront Noël seuls

Cette année, les fêtes de Noël seront inédites. La crise du coronavirus a contraint de nombreuses familles à repenser les fêtes. Certains, à l'image de Pauline et Alain ont fait un choix radical. Ils nous le racontent. 

Pauline et Alain avaient initialement prévus un repas sensé rassembler onze personnes. Ils ont finalement changé d'avis.
Pauline et Alain avaient initialement prévus un repas sensé rassembler onze personnes. Ils ont finalement changé d'avis. © France Télévisions

" Pour nous c'est un petit séisme dans le mode de fonctionnement de la famille ". Comme bien d'autres français cette année, les Dijonnais Pauline et Alain ne fêteront pas Noël avec leurs enfants et petits-enfants.

 

" Plus raisonnable " de ne pas réunir la famille

Le couple de retraités qui vit avec la maman de Pauline, âgée de 96 ans, a décidé de ne prendre aucun risque. Et de suivre les recommandations gouvernementales. 

"Initialement nous avions prévu de le faire à onze personnes : deux de nos enfants et les petits-enfants. Finalement nous ne le ferons que tous les trois, cela parait plus raisonnable " explique Alain.

Pauline, son épouse ajoute : " On veut éviter la propagation de la maladie, on ne veut pas se réunir pour ne pas qu’il y ait des problèmes en plus ". 

Pour les parents comme pour les enfants et les petits-enfants, la décision fut difficile à prendre, puis à accepter. Pauline poursuit : " Mes enfants m'ont appelé pour me dire que c'était bien dommage. On ne se voit pas souvent dans l'année, Noël c'est une occasion de se réunir avec tout le monde " .

 

" Noël c'est vraiment le moment où on est tous ensemble "

" On arrive à se voir un peu pendant l'année, mais c'est vrai que Noël c'est vraiment le moment où on est tous ensemble " confirme, Yannick, l'un de ses fils.

Mais pour ce père de quatre enfants, la décision de fêter Noël en comité restreint n'a pas fait l'ombre d'un doute. J’ai 40 ans et je suis en bonne santé donc je n’ai pas forcément peur pour moi. J'avais plutôt peur de pouvoir le transmettre à mes parents ou ma grand-mère qui sont fragiles. Avec tout ce que l’on entend on a préféré rester prudent."

S'il reconnait que cela sera un " important changement " pour les plus jeunes de ses enfants, Yannick reste positif : " Ce n’est pas la fin de la vie, ce n’est pas le dernier noël, on aura d’autres occasions de se réunir et de passer du temps ensemble. Cette année on se verra en visio, tout le monde a WhatsApp ! "

© France Télévisions

 

Avec ou sans enfant, pas question de boycotter Noël pour autant. Cette année, Pauline et Alain feront quand même la fête à trois. Et les traditions culinaires seront respectées. " On fera un repas de Noël avec tout ce qui va avec, huîtres et tout cela ! "  sourit Pauline. 

Oui ça n’est quand même pas une punition. Ca n’est pas parce qu’il y a le covid qu’il faut s’empêcher de vivre des événements ! "  complète son mari.

 

Fêter Noël en mars ? 

Passé ce 25 décembre particulier, le couple espère pouvoir fêter Noël plus tard dans l'année. Au complet et sous une forme différente. Alors qu'ils célèbrent leur cinquante ans de mariage, Pauline et Alain avaient prévu un Noël XXL, permettant, outre les célébrations traditionnelles de pouvoir également fêter leurs noces d'Or, " C'est important dans la vie d'un couple - précise Alain - Mais on a finalement décidé de faire cela en février ou en mars, quand ça ira mieux ".

Alors toute la famille, arrières petits-enfants comme arrière grand-mère, espèrent pouvoir déballer les cadeaux tous ensemble, et qu'importe si le calendrier n'indiquera pas le 25 décembre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société noël événements sorties et loisirs famille