C'est une première en Côte-d'Or : l'intelligence artificielle "pour détecter les cancers plus rapidement"

À Dijon, un groupe d'imagerie médicale vient de se doter d'un logiciel qui fait appel à l’intelligence artificielle pour le dépistage du cancer du sein, une première en Côte-d'Or. Un enjeu de taille car en France, le cancer du sein touche 1 femme sur 8.

Le dépistage du cancer du sein évolue avec l'arrivée de nouvelles technologies, comme l'intelligence artificielle (IA). C'est le cas en Bourgogne-Franche-Comté, où 12 centres du groupe d'imagerie médicale IM2P sont désormais équipés par la société iCAD en Côte-d'Or et dans le Jura, une première dans ces deux départements. Une innovation pour améliorer la détection du cancer du sein le plus tôt possible. Le but : que les patientes puissent bénéficier d'un traitement moins invasif et avec de meilleures chances de guérison. 

Un diagnostic complémentaire

La radiologue Pauline Demont utilise le logiciel depuis le début de l'année. L'analyse des mammographies par l'intelligence artificielle lui permet de travailler plus sereinement : "Ça apporte une confiance diagnostique supplémentaire. Je regarde la mammographie le temps que le logiciel fasse son analyse. Ça ne prend que quelques minutes. Si je trouve qu’elle est normale et que le logiciel aussi, ça apporte une grosse confiance dans le diagnostic." Mais en cas de doute, l'intelligence artificielle fait office de second avis.

Il se peut que je passe à côté d’une petite lésion que le logiciel, lui, peut détecter. Je peux alors étudier cette lésion de façon prioritaire et attentive.

Pauline Delmont

radiologue

Pour l’analyse du cliché, c’est rapide. Le logiciel va donner plusieurs informations. Il entoure des zones à risque de cancer du sein. "Il faut rester vigilant et se faire son propre avis. Je regarde si on trouve les mêmes résultats", explique la radiologue. Pour autant, "c'est toujours l'humain qui contrôle", assure-t-elle. "Si le logiciel détecte une lésion que je n’avais pas vue, je peux demander des clichés supplémentaires pour le vérifier." 

Dans ma pratique courante, je fais toujours autant d’échographies, je passe toujours autant de temps à étudier ma mammographie mais ça me donne une certaine confiance dans mes résultats.

Pauline Delmont

radiologue

Un logiciel basé sur la technologie du "deep learning"

Le logiciel d'aide à la détection du cancer du sein est basé sur la technologie du "deep learning". S'appuyant sur plusieurs millions d'images cliniques documentées, il analyse de manière rapide et précise toutes les images de mammographie pour identifier les lésions suspectes, évaluer leur niveau de malignité et alerter le radiologue sur les zones suspectes pouvant nécessiter des examens plus approfondis.

D'autres applications dans le domaine médical

Dans le groupe d'imagerie médicale, l’intelligence artificielle est utilisée pour la mammographie, mais aussi pour les radiographies des fractures et la détection de nodules pulmonaires au scanner. "Il y a déjà beaucoup de choses qui se font. On essaye d’être pionniers dans ce domaine. L'intelligence artificielle va nous aider de plus en plus dans notre travail. Le fait que l’IA ait étudié beaucoup plus de cas que nous fait qu'elle peut détecter certains cas difficiles."

L’intelligence artificielle est appelée à jouer un rôle central dans l'avenir de la médecine. Issues du secteur médical et des patients, avec l’avènement des objets de santé connectés, ces informations permettent d’améliorer considérablement les diagnostics de nombreuses pathologies.

"L’IA va prendre de plus en plus d’importance dans beaucoup de domaines médicaux. Il faut profiter de cette technologie qui permet d’améliorer la prise en charge des patients", s'enthousiasme Pauline Demont. Quand au prix, cette nouvelle technologie a coûté une somme importante au groupe d'imagerie médicale, mais le tarif reste le même pour les patientes. "Le but est d’être le plus performant possible pour trouver les cancers plus rapidement."

Le cancer du sein en quelques chiffres

  • 61 214 nouveaux cas de cancer du sein en France métropolitaine en 2023
  • Âge médian au moment du diagnostic : 64 ans
  • Taux d’incidence : entre 1990 et 2018, le nombre annuel de nouveaux cas de cancer du sein chez la femme a presque doublé, passant de 29 970 à 58 400 cas annuels, entre 2010 et 2023, la progression a été plus faible.
  • 12 146 décès en 2018, en baisse de 1,6 % par an entre 2010 et 2018
  • Âge médian au moment du décès : 74 ans