• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Côte-d’Or : une Dijonnaise veut rejoindre Pékin à vélo

Cette Dijonnaise est partie depuis la place Darcy, à Dijon, devant 350 personnes / © France 3 Bourgogne
Cette Dijonnaise est partie depuis la place Darcy, à Dijon, devant 350 personnes / © France 3 Bourgogne

Une Dijonnaise de 33 ans est partie de la place Darcy, à Dijon, dimanche 3 mars. Son objectif : rallier Pékin à vélo.

Par Valentin Chatelier

Elle est partie pour un périple de 11 000 kilomètres. Aurélie Gonet, 33 ans, a quitté Dijon dimanche 3 mars, depuis la place Darcy. 350 personnes sont venues la soutenir. Cette Dijonnaise part pour Pékin, en Chine. Et à vélo !

Son projet est sportif, mais pas uniquement. Dans ce cadre, elle va soutenir le centre de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc, situé à Dijon. Une personne de sa famille a été un de leurs patients.
 
 

De l'Angleterre à la Chine, en passant par l'Islande


Réaliser 11 000 kilomètres à vélo n’est pas à la portée de tout le monde. Aurélie Gonet n’en est pas à sa première tentative. Elle a déjà réalisé un voyage de 700 kilomètres au Royaume-Uni. Elle l’a traversé du sud au nord, de Londres à Edimbourg. "Je partais sans réel atout : sans entrainement physique, sans connaissances techniques, ni pratique des voyages itinérants. C'est surtout l’enthousiasme qui m’a portée", explique-t-elle dans son projet de financement participatif.

Seconde étape : l’Islande, en juillet 2017. La Dijonnaise a réalisé le tour de l’île. En tout : 1515 kilomètres à vélo. Ces défis l’ont poussé à tenter un voyage encore plus long. "En septembre 2017, j’ai assisté à la conférence de l’aventurier Mike Horn à Lausanne. Une phrase m'a frappée : «si tes rêves ne te font pas peur, c’est qu’ils ne sont pas assez grands». Dijon-Pékin à vélo me faisait suffisamment peur... pour demander un congé sans soldes à ma directrice. Grâce à son accord, je n’avais plus d’excuses pour reculer…", raconte-t-elle.

Pour rejoindre la Chine à vélo, elle va devoir traverser de nombreux pays : l’Allemagne, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Serbie, la Roumanie, la Bulgarie, la Turquie, la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, Kirghizistan… et enfin la Chine. Si elle arrive à rejoindre Pékin mi- septembre 2019, la Dijonnaise tentera un nouveau défi : participer au marathon de Pékin.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : les gilets verts, des médiateurs au service des usagers

Les + Lus