Covid-19 : "On sent que ça repart, on est inquiet". Au CHU de Dijon, la crainte d'une deuxième vague est déjà là

Cas de Covid-19 qui se multiplient dans la métropole dijonnaise, nouvelle hausse des hospitalisations… la situation au CHU de Dijon n'évolue pas dans le bon sens ces derniers jours. Une de nos équipes a pu filmer dans le service réanimation, là où les caméras rentrent rarement.

Au CHU de Dijon, 3 patients covid sont au service de réanimation
Au CHU de Dijon, 3 patients covid sont au service de réanimation © Romain Liboz / France 3 Bourgogne
Au CHU de Dijon, la situation évolue dans le mauvais sens ces derniers jours. Depuis une semaine, l'hôpital constate un nouveau rebond des hospitalisations. Ce vendredi, 9 personnes sont hospitalisées pour des cas de Covid-19, dont 3 en réanimation.

Une de nos équipes a pu exceptionnellement entrer dans le service réanimation de l'hôpital. Un service qui accueillait au plus fort de l'épidémie des dizaines de patients. En Côte-d'Or, jusqu'à 80 patients ont été en réanimation en même temps, uniquement pour le coronavirus. Aujourd'hui, la situation est bien différente. Mais le personnel craint les prochaines semaines.
 

"On est inquiet et on se prépare à une montée des cas"


C'est le cas de Pierre Guillemet. Il est médecin anesthésiste au service de réanimation depuis 2009 au CHU de la cité des Ducs. 

"En l’état actuel des choses, la situation n’est pas tendue. Mais on est inquiet et on se prépare à une montée des cas après un été calme. Là, on sent qu’il y a à nouveau des cas que nous n’avions pas pendant l’été, on sent que ça repart. Les gens qui vont vécu la première vague sont inquiets. Non pas par peur de ne pas arriver à prendre en charge les patients. Mais essentiellement  sur la durée. Tenir dans le temps, c’est ce qui nous effraie tous le plus. S’il faut tenir plusieurs mois comme on l’a fait en début d’année, voire plus longtemps, ça ça nous a fait peur. On est tous sortis éprouvés de la première vague. On a peur d’y retourner", témoigne-t-il.


Retrouvez l'interview de ce médecin du CHU de Dijon en intégralité
 


Pour la directrice du CHU de Dijon Nadiège Baille, la situation ne va pas évoluer dans le bon sens.

"Nous sommes certains qu’il y aura une augmentation des besoins d’hospitalisations pour les patients Covid. C’est certain. Les anticipations, c’est une demande qui va être beaucoup à partir de mi-octobre, novembre, décembre. Et nous préparons cette réponse depuis le mois de juin. Dès qu’on a déconfiné, dès le 11 juin, nous étions dans une situation de se dire il faut que l’on pense à la deuxième vague, il faut qu’on se prépare", détaille-t-elle.


Retrouvez son interview en intégralité


Le gouvernement "extrêmement attentif" à la situation à Dijon


Lors d’une conférence de presse jeudi 17 septembre, le ministre de la Santé Olivier Véran s’est dit "extrêmement attentif" à l’évolution de la situation dans plusieurs métropoles, dont Dijon.

"Ce qui nous inquiète, c'est la dynamique épidémique dans certains territoires, a précisé le ministre. Cette dernière conduit à un taux d'incidence dans certaines villes ou départements supérieur à 150 voire 200 cas pour 100 000 habitants."

A Dijon, ce taux d’incidence, selon les derniers chiffres, est de 140 cas positifs pour 100 000 habitants. Un chiffre près de trois fois supérieur au seuil d’alerte, fixé à 50 pour 100 000 habitants.  


L'évolution de la situation dans les hôpitaux de Côte-d'Or
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société