​​​​​​​Covid : à quoi faut-il s’attendre à Dijon où le taux d'incidence augmente

L’épidémie de coronavirus reprend de la vigueur. Dijon fait partie des métropoles où le taux d'incidence (c’est-à-dire le nombre de personnes infectées sur une semaine, dans une population de 100 000 habitants) est élevé. Faut-il s'attendre à de nouvelles mesures ?

Plus besoin de plan pour savoir où porter le masque en centre-ville !
Plus besoin de plan pour savoir où porter le masque en centre-ville ! © Damien Rabeisen - France Televisions


C’est quoi le taux d'incidence ?


Le coronavirus circule fortement dans certaines parties de la France en cette mi-septembre. C’est le cas notamment à Lyon, Nice, Marseille, Bordeaux, la Guadeloupe… Plusieurs indicateurs sont suivis de près pour surveiller l’évolution de la situation.

Il y a quatre principaux indicateurs :


1-Le taux d'incidence :
cela correspond au nombre de personnes infectées sur une semaine, dans une population de 100 000 habitants. Deux seuils ont été définis par le ministère de la Santé :
-le seuil de vigilance qui est atteint si plus de dix personnes sont infectées pour 100 000 habitants.
-le seuil d'alerte qui est atteint au-dessus de 50 personnes infectées pour 100 000 habitants.


2-Le taux de positivité des tests PCR :
il permet de "détecter précocément des signes de reprise de l'épidémie" dans les territoires

3-Le facteur de reproduction du virus :
c’est le nombre de personne contaminée par une personne infectée. "S'il est supérieur à 1, cela veut dire que chaque porteur du virus va transmettre le virus à plus d'une personne et donc l'épidémie augmente.  Lorsque le R est inférieur à 1, on peut alors considérer que l'épidémie régresse".

4-Le taux d'occupation des lits en réanimation par des patients atteints du Covid-19
 
Pour enrayer l'épidémie de coronavirus Covid-19, des tests PCR sont pratiqués en pratiquant des prélèvements nasopharyngés à l'aide d'écouvillons.
Pour enrayer l'épidémie de coronavirus Covid-19, des tests PCR sont pratiqués en pratiquant des prélèvements nasopharyngés à l'aide d'écouvillons. © François DESTOC / MAXPPP
 

Taux d’incidence : 53 départements ont dépassé le seuil d'alerte


Actuellement, 53 départements ont dépassé le seuil d'alerte de 50 cas pour 100 000 habitants. La Côte-d'Or est classée "zone de circulation active".

Plusieurs agglomérations sont sous surveillance. "A Lille, Toulouse, Rennes, Dijon et Paris, le taux d'incidence en population générale est élevée, de l'ordre de 3 à 4 fois la cote d'alerte", mais "les seuils critiques ne sont pas encore atteints", a expliqué le ministre de la Santé, jeudi 17 septembre 2020.

"Nous serons extrêmement attentifs dans ces métropoles", a précisé Olivier Véran.

 
Les chiffres du covid en France au 17 septembre 2020
Les chiffres du covid en France au 17 septembre 2020


 

Quelle est la situation dans l’agglomération de Dijon ?


François Rebsamen, président de Dijon métropole qui regroupe 23 communes où vivent 253 638 habitants, a abordé la question du covid jeudi 17 septembre lors du conseil métropolitain.

"Je m’étonne toujours de voir que plus on fait de tests, plus le taux d’incidence est élevé", a-t-il déclaré. "Je signale qu’il y a en Bourgogne-Franche-Comté des départements où il n’y a quasiment pas de tests – 100 tests par jour et où il y a un taux d’incidence très bas. Nous, on fait énormément de tests, d’ailleurs il y a des gens qui viennent d’autres départements et évidemment on a un taux d’incidence élevé."

"Mais, je redis qu’il n’y a pas que le taux d’incidence. Il y a aussi le taux de positivité et nous sommes en-dessous du seuil d’attention en matière de taux de positivité", a ajouté François Rebsamen.

Le président de Dijon métropole a aussi salué la position du président de la République "qui essaie de maintenir l’économie sur une ligne de crête" et qui "ne pousse pas à la mise en œuvre de mesures extrêmement draconiennes de surveillance. Nous sommes suffisamment responsables pour porter un masque quand c’est nécessaire et dire à tout le monde « il faut porter un masque » quand il y a le moindre risque, surtout pour les personnes les plus fragiles".

 
Le port du masque est obligatoire à l'extérieur depuis le samedi 5 septembre 2020 à Dijon et dans d'autres communes de l'agglomération.
Le port du masque est obligatoire à l'extérieur depuis le samedi 5 septembre 2020 à Dijon et dans d'autres communes de l'agglomération. © FTV Rodolphe Augier

 

"Portez vos masques, pensez aux gens les plus fragiles"

A propos des fermetures d’écoles, François Rebsamen estime qu’une "bonne décision" vient d’être prise par le gouvernement. "Quand il y a un cas, on ne ferme pas l’école. C’est la demande que nous avions faite."

"Cette mesure va limiter les cas contact et les conséquences qui étaient très néfastes pour l’économie, pour l’emploi et même pour les personnes qui étaient obligées en tant que personnes contact de rester 14 jours à l’écart. Maintenant, ce sera 7 jours et quand il y a un enfant qui est touché dans une école, on le met à l’abri et on ne ferme pas toute l’école. D’ailleurs, la directrice de l’académie n’a pas cette compétence, seul le préfet peut l’avoir", a ajouté le président de Dijon métropole.

"Portez vos masques, pensez aux gens les plus fragiles et portez-vous bien. Prenez-soin de vous", a déclaré François Rebsamen en clôturant la session de Dijon métropole.

En résumé, pas d'alarmisme et aucune nouvelle mesure annoncée ... pour l'instant.   




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société