Dijon : 1 million d'euros pour accompagner la pratique du vélo dans la métropole, à quoi vont-ils servir ?

Les élus de la métropole ont voté plusieurs mesures pour permettre le développement du vélo. Certaines avec un effet immédiat.

La métropole a voté un budget d'un millions d'euros pour le cyclable. De quoi satisfaire les demandes des associations ?
La métropole a voté un budget d'un millions d'euros pour le cyclable. De quoi satisfaire les demandes des associations ? © Pixabay
Jeudi 14 mai avait lieu la première réunion post confinement de la communauté métropolaine. Parmi les 74 délibérations qui étaient à l’ordre du jour, plusieurs concernaient la pratique du vélo. Le vote d’un « plan vélo » permet de débloquer 1 million d’euros pour " accélérer le développement du cyclable ".

 

D'avantage de vélos à disposition et gratuité prolongée


Dans les faits, cette enveloppe permet le recrutement d’un chargé de missions " vélo et mobilités actives ". À compter du mois de juillet, il sera en charge de l'élaboration du nouveau plan vélo : application du plan d’aménagements cyclables, du traitement des discontinuités cyclables et autres points noirs du réseau.

Par ailleurs, d'autres mesures ont été prises. Elles seront lancées dans les 15 prochains jours : 

- La mise à disposition de 400 vélos supplémentaires en location longue durée
- La gratuité jusqu’au 2 juin des abonnements 24h à DiviaVélodi
 

Profiter du déconfinement pour favoriser la pratique du vélo

Des annonces qui interviennent quelques jours après la publication d’une lettre ouverte signée par plusieurs associations de la métropole dijonnaise. Dans ce courrier adressé au président de la métropole et à 3 de ses adjoints, les signataires demandent d’avantage de moyens pour permettre aux habitants de profiter de leur vélo en toute sécurité. Surtout, ils souhaitent profiter de cette période de déconfinement progressif pour favoriser la pratique du vélo. «  À l’heure actuelle, les transports en commun sont sécurisés mais limités en nombre de place, -explique Cédric Journeau, président régional de l’association FNAUT- il faut trouver d’autres solutions de mobilités et il y a une place pour le vélo ! »

Parmi les propositions émanants de la lettre, la demande de tarifs attractifs semble avoir été entendue. En revanche, concernant la création de pistes cyclables ou encore la réduction du trafic motorisé, rien n'a été annoncé.

"Beaucoup d'annonces mais très peu de nouvelles informations"

« Beaucoup d’annonces mais très peu de nouvelles informations", c'est en ces mots et par la voix de son porte-parole, que l'association EVAD résume les annonces de la métropole. 
  
Si elle salue le recrutement d'un chargé de missions, l'association regrette surtout que les élus ne profitent pas de la situation exceptionnelle pour faire des expérimentations. "Concernant les pistes cyclables temporaires par exemple, on ne peut que regretter que la métropole passe totalement à côté des demandes des associations. C'est d'autant plus regrettable que d'autres villes sont en train d'essayer des choses". abonde le porte-parole. 
 


A Besançon, une voie vélo bus expérimentale en sortie de confinement


A Besançon, la sortie du confinement a l'occasion de mettre en place une voie vélo bus expérimentale pour une durée de 15 jours.
Tracée sur le boulevard, entre les tours de l'amitié et la rue de Vesoul, cetre voie doit permettre aux cyclistes de rejoindre plus facilement l'Est et l'Ouest de la ville. Le tronçon expérimental a été isolé par des cônes, et du marquage au sol. Les amateurs de vélo l'appellent déjà "la corona piste". L'association vélo de Besançon a testé cette portion de voie.
 
test piste cyclable besançon

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société vélo économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter