Dijon : à quoi va ressembler le centre de vaccination XXL du Zénith ?

Un vaccinodrome doit ouvrir au plus tard début mai au sein du Zénith de Dijon. On vous explique à quoi cela va ressembler.

Illustration.
Illustration. © Google Street View

Quand va-t-il ouvrir ?

Le centre de vaccination du Zénith de Dijon doit ouvrir dans les prochaines semaines. "La date précise n'est pas encore fixée. Mais ce sera entre le 26 avril et le 3 mai", nous précise Françoise Tenenbaum, la vice-présidente PS de Dijon Métropole en charge de la solidarité, des politiques sociales et de la santé, jointe par téléphone ce mardi 6 avril.

Le centre est mis en place à l'intiative de la préfecture et de l'Agence régionale de santé. "Les collectivités ne viennent qu'aider l'Etat", ajoute l'élue. Lorsque le Zénith sera ouvert, les centres de vaccination installés au stade Gaston-Gérard et à la salle Devosge à Dijon fermeront leurs portes. Il devrait fonctionner plusieurs mois, "au moins tout l'été". 

Comment prendre rendez-vous ?

Les modalités pratiques ne sont pas encore tout à fait arrêtées, selon Françoise Tenenbaum. Elles devraient malgré tout se calquer sur celles déjà en vigueur ailleurs en Côte-d'Or,  c'est-à-dire une prise de rendez-vous par internet via Doctolib ou par téléphone. La date d'ouverture des prises de rendez-vous n'est pas encore connue.

Qui pourra se faire vacciner ?

Les personnes susceptibles de se faire vacciner dans ce centre devront respecter les mêmes conditions qu'ailleurs. Au 6 avril, cela concerne "toutes les personnes de plus de 70 ans, toutes les personnes présentant une pathologie à très haut risque de formes graves, les professionnels soignants, ainsi que les 50-69 ans inclus présentant au moins une comorbidité sont éligibles à la vaccination", comme l'indique le ministère de la Santé sur son site. La cible visée sera progressivement élargie aux personnes plus jeunes.

Quels vaccins seront administrés ?

Tout n'est pas encore définitif sur ce point. Mais de nombreuses livraisons de vaccins Pfizer/BioNTech sont attendues dans les prochaines semaines. "On imagine donc que ce sera plus du Pfizer qu'autre chose", explique l'élue dijonnaise.

Combien d'injections sont prévues ?

"La cible est d'avoir en juin entre 11 000 et 13 000 vaccinations par semaine", détaille la vice-présidente de la métropole en charge de la santé. À titre de comparaison, les deux centres de vaccination installés à Dijon ont réalisé la semaine dernière 1 000 injections chacun.

Une cinquantaine de personnes seront nécessaires pour faire fonctionner le vaccinodrome. "On prévoit de 25 à 30 boxes de vaccination, précise Françoise Tenenbaum. Donc ça fait 25 infirmiers et 25 personnels administratifs. Et il y aurait trois médecins pour gérer la totalité du centre."

L'armée est-elle mobilisée ?

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait annoncé le 22 l'ouverture d'une trentaine de vaccinodromes avec l'aide du service de santé des Armées et des pompiers. À Dijon, le service de santé des Armées ne sera pas impliqué, mais l'armée jouera bien un rôle.

"Le 511e régiment du train d'Auxonne sera chargé de la gestion logistique, de la gestion administrative et de l'accueil", précise Françoise Tenenbaum. Il mettra également à disposition des ordinateurs.

On est très content de l'aide du 511e régiment du train d'Auxonne qui vient avec son matériel nous porter main forte.

Françoise Tenenbaum, vice-présidente de Dijon Métropole

La vaccination sera réalisée par des médecins et des infirmiers libéraux, comme c'est déjà le cas dans les centres de vaccination ouverts dans la métropole dijonnaise.  Les médecins et les infirmiers des pompiers de Côte-d'Or viendront également aider. La logistique de la livraison des vaccins sera elle toujours assurée par le centre hospitalier universitaire de Dijon.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19