• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon : des chercheurs soignent les personnes âgées avec des jeux vidéo

Des jeux vidéo innovants sont conçus avec des visées thérapeutiques autant que ludiques. / © Bruno LEVESQUE / IP3 PRESS /MAXPPP
Des jeux vidéo innovants sont conçus avec des visées thérapeutiques autant que ludiques. / © Bruno LEVESQUE / IP3 PRESS /MAXPPP

Paris Games Week, le 3e salon mondial du jeu vidéo, se tient Porte de Versailles du 27 au 31 octobre 2016. Au-delà de leur aspect ludique, les jeux vidéo peuvent aussi aider les personnes âgées à rester en bonne santé, comme ceux qui ont été conçus à l’université de Bourgogne.

Par B.L.

Pourquoi concevoir des jeux vidéo pour les personnes âgées ?

Une équipe de chercheurs (médecins, informaticiens...) coordonnée par une ex-kinésithérapeute a conçu des jeux vidéo destinés à des personnes âgées pour les aider à garder leur sens de l'équilibre. Le but est d’éviter des chutes qui provoquent de nombreux handicaps et causent chaque année la mort de 10 000 personnes, notamment chez les plus de 75 ans.

La maladie d’Alzheimer touche près d’un million de Français. Elle se manifeste par des troubles de la mémoire mais aussi des troubles moteurs : les patients ont de plus en plus de difficultés à anticiper les mouvements lorsque la maladie progresse. Le malade a beaucoup de peine à se lever, sa marche devient incertaine, les risques de chute se multiplient.

France Mourey, ex-kinésithérapeute, a soigné pendant des années des patients qui tombaient dans ces conditions. A l’époque, il n’y avait pas de prise en charge précoce pour ralentir la dégradation des capacités motrices. Devenue enseignant-chercheur à l’université de Bourgogne, France Mourey a lancé un projet sur ce thème. Cela fait quatre ans qu’elle y travaille en compagnie d’une vingtaine de collègues (chercheurs en médecine, psychologie cognitive, sociologie, informatique).

Pourquoi le jeu est-il un remède efficace ?

Les chercheurs ont deux objectifs : "mieux comprendre les processus en cause dans l’altération des capacités motrices et aider les patients à conserver leur mobilité le plus longtemps possible, en les entraînant de manière systématique pour limiter les dégâts provoqués par la maladie grâce à des stratégies de compensation cérébrale", indique l’université de Bourgogne.

"La solution du jeu s’est vite imposée, et plus précisément le jeu en réalité virtuelle de type Wii. Il s’agit de placer le patient dans un environnement qu’il trouve agréable, stimulant, en lui proposant des défis à sa mesure, par exemple cueillir des pommes  mûres dans un verger ou susciter de la musique par des mouvements coordonnés. Plutôt que de donner des consignes, on sollicite des mécanismes intuitifs. Le fait que le patient joue, s’amuse, accroit sa persévérance", explique France Mourey.


Des jeux remboursés par la Sécurité Sociale ?

Le projet de recherche qui a débuté en 2012 s’achève à la fin de l’année 2016. Des tests ont montré que les jeux plaisaient aux patients et qu’ils permettaient d’améliorer rapidement leurs capacités d’équilibre. "Nous avons lancé des tests de plus grande ampleur sur les effets à moyens termes, avec des résultats attendus dans les prochaines semaines", précise la chercheuse. L’équipe travaille aussi à la conception d’un jeu permettant aux patients de s’entraîner à danser avec des partenaires virtuels.

"On pourrait imaginer que ces jeux soient à terme remboursés partiellement par la Sécurité Sociale pour permettre de repousser l’entrée dans la dépendance", suggère France Mourey.

"L’équipe de recherche souhaite s’associer à des partenaires pour produire et distribuer ces jeux à large échelle. En France, environ 900 000 personnes sont actuellement atteintes de la maladie d’Alzheimer et on estime que 35 millions le sont au niveau mondial. Des chiffres en augmentation rapide", précise l’université de Bourgogne.

A lire aussi

Sur le même sujet

Décès de Nilda Fernández : le chanteur franco-espagnol a vécu 5 ans dans l’Yonne

Les + Lus