Dijon : Laura Devillard écrit un premier roman "libérateur" sur le handicap

A 23 ans, Laura Devillard vient de publier son premier roman "Broken", écrit à quatre mains avec son amie Jane Devraux. Il raconte l'histoire d'amour de deux adolescents. Un accident de voiture a pulvérisé leurs corps mais pas leur envie de vivre.

Laura Devillard et son premier roman "Broken"
Laura Devillard et son premier roman "Broken" © M. B / France 3 Bourgogne

Une romance doublée d'un livre sur le handicap

« Ce livre est né entre deux couloirs de lycée, je manquais de confiance en moi. Je me suis dit : ‘‘Ok, on ne te laisse pas parler ! Prouve que tu peux avancer dans la vie !’’ Ce roman est un cri du cœur ! Ça a été libérateur de l'écrire. », se remémore Laura Devillard. Cette jeune Dijonnaise vient de publier son premier roman baptisé "Broken". Il narre le coup de foudre entre Colyna et Mozart, deux adolescents aux corps meurtris, après un tragique accident de la route, et qui vont lentement se reconstruire grâce à leur amour mutuel.

Laura Devillard a mis beaucoup de son vécu dans cette histoire. Handicapée de naissance, la jeune femme se déplace en fauteuil. Ses personnages ouvrent une fenêtre sur ce qu'on peut ressentir quand on se retrouve amputé ou cloué dans une chaise roulante : les maux du corps et de l'âme. Un récit qu'on sent d'emblée authentique, sincère.

« Comme pour mes personnages, il y a des jours où j'en ai vaiment marre de ne pas pouvoir marcher, d'avoir mal, où je pète un plomb, où je me montre impatiente avec mes proches. Trop de pitié, peu d'autonomie, pas d'intimité ! Dans mon cas, même aller aux toilettes, c'est le parcours du combattant. Je ne compte plus le nombre de personnes qui m'ont déjà vue nue. Les relectrices du roman me disaient que certaines scènes étaient trop dures ! Cela me faisait douter mais j'ai tenu bon. Je voulais être très réaliste. », explique-t-elle. « Mais je souhaitais aussi mettre un peu romance car j'adore lire des histoires d'amour ! », sourit la jeune auteure, qui ne cache pas son côté fleur bleue.

 

 

Un travail à quatre mains

Après des années d'écriture, Laura Devillard parvient à un triste constat : le résultat ne lui plaît pas. Grande lectrice, elle noue alors une complicité sur les réseaux sociaux et dans des salons du livre avec une écrivaine à succès qu'elle lit assidûment, Jane Devraux. Cette dernière s'est spécialisée dans la New Romance, un genre littéraire qui pulvérise tous les records de ventes de romans ces dernières années. Laura montre son manuscrit à Jane Devraux. Dès lors, les deux jeunes femmes collaborent sur le roman.

 

Jane Devraux et Laura Devillard
Jane Devraux et Laura Devillard © D.R

 

« Je ne me rendais pas compte que c'était un tel travail d'écrire un livre. Je me suis parfois arrachée les cheveux, il m'est arrivé d'en pleurer. Et certains jours, je ne trouvais pas la force d'écrire. En raison de mon handicap, il y a des jours avec et des jours sans. », confie Laura Devillard. Les conseils de Jane arrivent à point nommé : en matière d'écriture, de soin à apporter aux personnages secondaires ou encore pour alléger les dialogues. 

« Laura écrivait un chapitre, je rédigeais le suivant. Je me chargeais des passages qu'elle ne sentait pas trop ! On a avancé ainsi à quatre mains pendant un an. Et on est contentes car on ne voulait pas faire quelques chose de larmoyant. On voulait rester positives. Et les retours des lectrices sont en ce sens. », renchérit Jane Devraux. Plusieurs blogueuses ont écrit à quel point elles ont été touchées par le récit. 

Dans le roman, on quitte les deux héros sur le point de se marier. Ils sont devenus architecte et musicien. « On a un peu édulcoré la fin. Ce n'est pas aussi facile que ça dans la vraie vie de trouver un travail ou de faire des études quand on a une pathologie. Mais je tenais à donner une note d'espoir dans ce roman : Colyna et Mozart se portent, l'un l'autre, grâce à leur relation. », admet Laura Devillard.

 

 

Et après ?

Auto-édité en janvier dernier, "Broken" s'est vendu à ce jour à 1200 exemplaires. De quoi donner des ailes à Laura Devillard ! La jeune femme travaille à un nouveau roman en solo.  « Tout est parti d'un rêve : une femme, dans Londres, elle porte un manteau rouge et tient une lettre à la main. » Depuis, la Dijonnaise tente d'écrire l'histoire qui se cache derrière cette image surgie au détour d'un songe.

Jane Devraux n'est pas surprise que son amie veuille récidiver : «Laura est une battante. Pour "Broken", elle n'a jamais renoncé. Ça lui a fait du bien d'extérioriser tout ça et ça lui a donné confiance en elle. » 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littérature culture livres handicap société