• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon : le ministre de l’Éducation fait le point sur les réformes

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, lors de son déplacement à Dijon le 9 novembre 2018. / © François Latour / France 3 Bourgogne
Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, lors de son déplacement à Dijon le 9 novembre 2018. / © François Latour / France 3 Bourgogne

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, était en visite à Dijon vendredi 9 novembre 2018. Il s'est rendu dans un établissement scolaire et a fait le point sur le dispositif "Devoirs faits".

Par B.L.


Le dispositif "Devoirs faits" et l’interdiction du portable dans les écoles et collèges font partie des réformes lancées par le ministre de l'Education et de la Jeunesse depuis un an.

"Devoirs faits" est un temps d’étude proposé aux collégiens volontaires dans leur établissement, pour qu’ils fassent leurs devoirs et répètent leurs leçons, avec la possibilité d’être aidé quand ils en ont besoin. Ce dispositif, mis en place depuis novembre 2017, est gratuit. Il a été amplifié en 2018.
Dans l'académie de Dijon, 27 % d'élèves bénéficient du dispositif "Devoirs faits".


Jean-Michel Blanquer s'est rendu au collège Le Clos de Pouilly, à Dijon, vendredi 9 novembre dans l’après-midi.
Il a rencontré des élèves qui bénéficient du dispositif "Devoirs faits". Puis, il a échangé avec l’équipe pédagogique sur la mise en oeuvre des réformes dans cet établissement. Une table ronde était prévue sur le thème "Comment faciliter la mise en oeuvre de devoirs faits et de l’interdiction du portable ?"
 
Illustration. / © JEAN MICHEL MART / LE MIDI LIBRE / MAXPPP
Illustration. / © JEAN MICHEL MART / LE MIDI LIBRE / MAXPPP
 

Quel bilan tirer de "Devoirs faits" et de l’interdiction du portable ?


Le dispositif "Devoirs faits" semble diversement appliqué selon les établissements du secondaire.
Cela nécessite des moyens supplémentaires permettant de couvrir les besoins engendrés par cette mesure (principalement le financement d'heures supplémentaires du personnel encadrant). Or, selon une enquête du SNPDEN (principal syndicat des chefs d'établissement du secondaire), l'enveloppe reçue n'est pas suffisante.

Par ailleurs, des questions pratiques se posent également : dans les collèges où les élèves sont dépendants des transports scolaires, comment organiser après les cours ces heures consacrées aux devoirs? Le SNPDEN réclame l'insertion de ces heures dans l'emploi du temps des collégiens.

S'agissant de l'interdiction du téléphone portable au collège, elle a été inscrite dans la loi du 3 août 2018. Cette interdiction était déjà appliquée dans de nombreux établissements, indique le SNPDEN. Le texte a toutefois permis de préciser les sanctions (notamment la confiscation qui est désormais autorisée par la loi) et les lieux où le portable est autorisé.


Le reportage de F. Latour et T. Pfeiffer avec :
  • Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale
  • Christelle Simonneau, mère d'un élève de 5ème
  • Olivier Perraudun, enseignant en mathématiques
 
Education : Jean-Michel Blanquer en visite à Dijon

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : la foire gastronomique remballe

Les + Lus