Dijon ne sera pas capitale verte européenne en 2022

Ce jeudi 8 octobre, la ville de Grenoble a été désignée capitale verte européenne 2022. Pour la deuxième fois, Dijon ne rafle pas la mise. Le maire de Dijon, François Rebsamen avait annoncé qu'il retenterait sa chance en cas d'échec. 
Archives.
Archives. © France 3 Bourgogne
Dijon ne sera pas capitale verte européenne en 2022. La cité des Ducs était en lice face aux villes de Grenoble, Turin (Italie) et Tallinn (Estonie). C'est finalement, Grenoble qui a été désignée.
   

" Je suis content pour Grenoble et triste pour Dijon "

Pour François Rebsamen, le maire de Dijon, ce résultat est une déception. " À cet instant c'est une déception, mais le commissaire de l'environnement [en charge de l'annonce des résultats] a dit que les quatre candidatures finalistes étaient de très très haute qualité et que c'était difficile de les départager. Je pense que ce n'était pas des mots, c'était la vérité des dossiers. "

Au passage, l'édile a eu quelques mots pour " l'opposition " et les "anar-écolos qui ont critiqué beaucoup de points de notre candidature. Cela a dû peser, je pense, dans le choix final."

François Rebsamen a également tenu à saluer la victoire de la ville de Grenoble " Je salue Grenoble, je ne suis pas un mauvais perdant. Je suis content pour Grenoble et triste pour Dijon. " a-t-il conclu.
 

Le prix de ville verte européenne est décerné chaque année depuis 2010 par la Commission européenne. Il vient distinguer des villes dont l'action en faveur de l'environnement est jugée la plus positive. Le nom de la ville lauréate a été annoncé ce jeudi 8 octobre par le lituanien Virginijus Sinkevičius, commissaire européen en charge de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche. Un moment qu'il est possible de revivre en vidéo ci-dessous.
 
European Green Leaf and European Green Capital Awards Ceremony 2020


Dijon retentera sa chance

Au delà de l'impact positif sur l'image de la ville, cette distinction se concrétise par une prime de 350 000 euros. Dijon avait déjà candidaté en 2018 et terminé à la quatrième place. Si elle ne remportait pas le titre cette année, la ville avait déjà prévu de se présenter de nouveau.

" Je voudrais déjà analyser les raisons (de la défaite de Dijon) parce que quand on dépose une candidature, il faut connaître nos forces et nos faiblesses, a indiqué le maire PS de Dijon François Rebsamen. Si c'est pour recommencer à avoir les amis de la terre qui disent tous les jours qu'il faut avoir des ZAD et des ZAD (...) Je vais attendre et je vais regarder, mais bien sûr qu'il faut avoir en tête 2023, on a toujours en tête de gagner. "

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le mercredi 7 octobre, le premier magistrat avait déjà expliqué : " On a tous les atouts pour devenir la capitale verte de l’Europe. On fait beaucoup d’efforts, non seulement pour s’adapter au changement climatique mais aussi pour lutter contre le changement climatique. Et c’est ça qui fera la différence, je le crois."
 
Pour candidater, une ville doit compter plus de 100 000 habitants et faire partie des pays membres de l'Union européenne, des pays candidats à entrer dans l'Union (Albanie, Macédoine du Nord, Monténégro, Serbie et Turquie), ou d'Islande, du Liechtenstein, de Norvège ou de Suisse.
 
Les précédentes villes lauréates
  • 2010 : Stockholm (Suède)
  • 2011 : Hambourg (Allemagne)
  • 2012 : Vitoria-Gasteiz (Espagne)
  • 2013 : Nantes (France)
  • 2014 : Copenhague (Danemark)
  • 2015 : Bristol (Royaume-Uni)
  • 2016 : Ljubljana (Slovénie)
  • 2017 : Essen (Allemagne)
  • 2018 : Nimègue (Pays-Bas)
  • 2019 : Oslo (Norvège)
  • 2020 : Lisbonne (Portugal)
  • 2021 : Lahti (Finlande)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement europe politique