Dijon : le public conquis par la 17e édition du concert de rentrée

La 17e édition du concert de rentrée à Dijon s'est déroulé dans la soirée du 30 août 2019. / © France 3 Bourgogne / R. Augier
La 17e édition du concert de rentrée à Dijon s'est déroulé dans la soirée du 30 août 2019. / © France 3 Bourgogne / R. Augier

Entièrement gratuite, la 17e édition du concert de rentrée s'est déroulée durant toute la soirée du vendredi 30 août. Fakear, Georgio, Camelia Jordania ou encore les Wampas étaient présents sur scène cette année, devant 17 000 spectateurs ravis.
 

Par France 3 Bourgogne

Premiers pas de danse sur des notes 100% dijonnaises. Pour cette 17e édition du concert de rentrée Lalalib à Dijon, c'est le groupe local The George Kaplan Conspiracy qui a ouvert les festivités sur le parvis Saint-Michel, hier soir. Jouer sur ses terres a été une source de confiance pour Gabriel Afathi et Bastien Francoulon du duo de musique électronique-pop. "Il y a beaucoup, beaucoup de monde, on voit beaucoup de visages mais on reconnaît des gens. Il y a un côté rassurant de voir les potes et la famille. C'est aussi réconfortant de jouer à domicile", confie Bastie Francoulon quelques heures avant le show.

En plus des The George Kaplan Conspiracy, neuf autres groupes et chanteurs, répartis sur deux scènes (la scène Libération et la scène Théâtre). se sont produits successivement pendant 7 heures, entre 18h et une heure du matin, devant plus de 20 000 spectateurs, composés d'habitués, de curieux... D'amateurs de bonne musique tout simplement.
 

Un public conquis

Au vu des balancements de la tête, des mains en l'air et des sourires observés lors des différentes prestations, il n'y a pas de doute, le public a apprécié les festivités. "Je fais énormément de concerts dans l'année et, là, c'est un concert gratuit, il y a des bons groupes..! C'est sympa de voir la ville de Dijon vivante comme ça !", témoigne une spectatrice en haussant la voix couverte par le son de la musique et bière à la main. "C'est une super initiative de la ville de Dijon d'offrir ça. Il faut donc profiter de ce bon moment, on aime ça !", explique une mère de famille avec l'un de ses enfants sur les épaules.

Le concert de rentrée a également été l'occasion pour un bon nombre de Dijonnais de découvrir des artistes. "Je ne connaissais pas du tout Camélia Jordana, je viens de la découvrir sur scène. C'était vraiment génial !", raconte l'un d'entre eux sourire aux lèvres. Quand d'autres ont flashé sur le groupe de rock français Feu! Chatterton "J'ai trouvé les harmonies des choristes vraiment très, très belles. Je suis ravie et je les attends maintenant (rires)".
© France 3 Bourgogne / R. Augier
© France 3 Bourgogne / R. Augier
Du côté des musiciens, la joie était également au rendez-vous. "On n'a jamais eu la chance de jouer avec autant de Dijeonnais. D'habitude, c'est un peu moins festif, plus intimistes. Là, il y avait un côté bonne teuf !", se ravient Clément Doumic et Raphaël de Pressigny, les deux membres de de Feu! Chatterton. "On est arrivé sur scène hyper chaud car il y avait toute cette ville qui nous portait."
 

Moins on est de fous, plus on rit ?

Cette année, pour des raisons de sécurité et de confort, le nombre de spectateurs autorisés à se réunir au même endroit au même moment étaient moins important que lors des éditions précédentes. La ville de Dijon, "en accord avec les services de secours" a accepté seulement 17.000 personnes dans le périmètre du concert de rentrée à un instant T. Soit 2000 personnes de moins que l'an passé où 19.000 amateurs de musique avaient pu assister à l'évènement ensemble. Quatre zones de filtrage ont également été mises en place cette année. Plus éloignées des scènes qu'auparavant, elles avaient pour objectif "une régulaiton du public".

L'ensemble de ces mesures de sécurtié et de préventions n'ont cependant pas semblé avoir perturbé le bon déroulement de la soirée et impacté l'esprit festif des Dijonnais.


Retrouvez notre reportage signé N. Gobron et R. Augier :

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus