Dijon : "Robert Poujade voulait ouvrir la ville à la nature"

Publié le Mis à jour le
Écrit par J.G.

Robert Poujade, maire de Dijon pendant 30 années, est décédé la semaine dernière. Il s'est éteint après avoir marqué la vie politique bourguignonne durant près d'un demi-siècle. Son ancien premier adjoint Jean-François Bazin, nous parle de l'empreinte qu'il laisse sur sa ville.

En 30 ans de mandat municipal mais aussi comme député et président du Conseil Général, Robert Poujade aura marqué la vie des Dijonnais et laissé son empreinte sur la Cité des Ducs de Bourgogne. Jean-François Bazin qui fut d’abord son collaborateur puis son premier adjoint évoque pour nous la trace de Robert Poujade à Dijon.

S’il n’avait plus de contacts avec lui ces derniers temps Jean-François Bazin reconnait : « c’est une page qui se tourne dans ma vie  puisque j’ai été très proche de lui avant même qu’il ne soit député ou maire. J’ai d’abord fait partie de son cabinet. C’est une page qui laisse beaucoup de souvenirs... et de bons souvenirs ».

Selon son ancien Premier adjoint, l’homme Robert Poujade était assez différent du politique Robert Poujade : « il avait une vie personnelle et intellectuelle propre qui était très riche et qui n’était pas celle de la mairie ou de l’Assemblée Nationale ». Politiquement, « c’était un gaulliste avec une approche de la vie publique qui n’était ni polémique ni violente. Un homme ouvert à la discussion et au débat ». Même si Jean-François Bazin reconnaît volontiers que « la fin n’a pas été au niveau du début mais c’est vrai pour beaucoup d’hommes politiques ».

Selon son ancien adjoint, Robert Poujade qui « a marqué profondément la vie dijonnaise pendant un demi-siècle » a été visionnaire pour sa ville : « au début de son mandat, il y avait un projet de destruction des halles pour les remplacer par un parking. Il y a mis fin immédiatement ».
 

 

Ouvrir la ville à la nature


Et celui qui fut aussi le premier ministre de l’environnement de la Ve République a transformé la ville. « La rue musette est devenue la deuxième rue piétonne de France et Robert Poujade a créé une douzaine de parcs et jardins, aucun maire n’en a fait autant ! » s’exclame Jean-François Bazin qui ajoute à cette « volonté d’ouvrir la ville à la nature », l’aménagement du lac kir.

 

Façonner la ville



Robert Poujade restera aussi le maire des infrastructures et des équipements. Avec la fameuse « rocade est », créée pour faciliter les liaisons entre les différents secteurs de l'agglomération. « A l’époque, il y a avait beaucoup d’opposition, se souvient Jean-François Bazin, mais aujourd’hui tout le monde est bien content qu’elle existe ».
 


Autre emblème des mandats de Robert Poujade : la Toison d’Or. « Un quartier aménagé avec goût précise l’ancien élu dijonnais. « Il aimait les petits quartiers bien aménagés. Alors oui, sans doute s’est-il trompé sur le parc de loisirs car c’était une mode… mais sur sa vision moderne du commerce, il était nettement en avance sur son temps ».
 


Mais incontestablement c’est l’auditorium de Dijon qui reste l’infrastructure la plus emblématique du passage de Robert Poujade à la mairie. « C’est un lieu qui plait beaucoup aux Dijonnais aujourd’hui c’est un projet majeur de Robert Poujade », explique son ancien adjoint pour qui le nom de l’ancien maire pourrait être donné à la structure culturelle : « une forme de remerciement dû à sa mémoire, même si c’est uniquement de la responsabilité du maire actuel ».