Dijon : une centaine de personnes rassemblées en solidarité avec le peuple iranien

Publié le
Écrit par Aurore Briffod .

Ce samedi 1er octobre, des manifestants ont fait entendre leur voix et ont exprimé toute leur solidarité aux Iraniens, place de la Libération à Dijon. Certains appellent à l’expulsion de l’ambassadeur iranien de France.

Au fil des jours, la mobilisation prend de l’ampleur. D’abord en Iran et désormais dans de nombreuses villes du monde. Ce samedi 1er octobre, à partir de 14 heures, une centaine de personnes se sont réunies à Dijon "en solidarité" avec la population iranienne, ces "gens courageux qui chantent la liberté dans les rues et qui ne veulent que la démocratie et la laïcité pour l’Iran".

Place de la Libération, l’une des manifestantes, iranienne, explique : "Nous manifestons partout dans le monde pour demander aux gouvernements occidentaux, dont le gouvernement français, d’arrêter leurs relations avec les terroristes islamiques qui gouvernent notre pays." Elle souhaite notamment l’expulsion de l’ambassadeur d’Iran en France.

Colère dans les rues iraniennes

Depuis mi-septembre, le pays connaît de fortes tensions après l’arrestation par la police des mœurs de Mahsa Amini, une Iranienne de 22 ans qui ne portait pas son hijab correctement, d’après le code vestimentaire islamique. Deux jours après avoir été emmenée pour "une séance de rééducation", la jeune femme est décédée à l’hôpital.

Cette nouvelle a provoqué la colère de nombreuses iraniennes, très vite soutenues par les hommes. Des soulèvements monstres ont alors lieu dans les rues des principales villes du pays, les manifestants réclament justice et remettent en cause les politiques mises en place sous la République islamique d’Iran. En deux semaines, l’ONG Iran Human Rights indique que 83 personnes ont été tuées.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité