• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Jeux olympiques 2016 : les handballeuses françaises battent les vice-championnes du monde

La Néerlandaise Lois Abbingh (à gauche) face à la Française Beatrice Edwige (à droite) aux Jeux Olympiques de Rio le 6 août 2016. / © EPA/MARIJAN MURAT (maxppp)
La Néerlandaise Lois Abbingh (à gauche) face à la Française Beatrice Edwige (à droite) aux Jeux Olympiques de Rio le 6 août 2016. / © EPA/MARIJAN MURAT (maxppp)

Les handballeuses françaises ont dominé les Néerlandaises, vice-championnes du monde en titre, lors de leurs premiers pas aux Jeux de Rio, samedi 6 août 2016. Béatrice Edwige, qui a fait ses débuts à Dijon, a largement contribué à cette victoire.

Par avec AFP

Les Bleues, en quête d'une première médaille olympique, ont pris leur revanche (18-14) sur la nation montante du handball féminin qui avait remporté leurs deux précédentes confrontations.

Les "Oranje" avaient éliminé les Françaises lors des quarts de finale du dernier Mondial (28-25), en décembre au Danemark, puis elles s'étaient imposées une nouvelle fois (24-17) en mars lors du tournoi de qualification olympique (TQO) de Metz. La balance a nettement penché en faveur des Françaises en première période, grâce à un excellent départ (9-4) et cinq buts en 23 minutes, tous sur penalty, de l'arrière Alexandra Lacrabère.

Béatrice Edwige, avec son gabarit (1,82 m, 76 kg) a pesé au pivot. L’ancienne joueuse du CDB (Cercle Dijon Bourgogne) a provoqué plusieurs fautes. Et en défense, les joueuses d'Olivier Krumbholz ont maîtrisé la pivot néerlandaise Yvette Broch, ancienne joueuse de Metz.

En double infériorité numérique, les Françaises ont souffert au retour des vestiaires. Les Néerlandaises, grâce à des attaques rapides, ont inscrit quatre buts de suite pour revenir à 10-8. Elles ont continué de leur remontée pour réussir à égaliser (12-12) grâce à un cavalier seul d'Estavana Polman, l'une de leurs vedettes.

Il a fallu du courage et une prise d'initiatives en attaque pour faire la différence dans le "money-time". Quatre buts consécutifs, dont deux de la bondissante Gnonsiane Niombla (18-13) ont redonné de l'air aux Bleues. Elles auraient toutefois pu se mettre à l'abri plus tôt si elles n'avaient pas raté quelques duels face à la gardienne Tess Wester.

Les Françaises joueront leur deuxième match lundi 8 août face à la Russie, un outsider du tournoi.

A lire aussi

Sur le même sujet

Page été : découvrir le canal du Nivernais en paddle

Les + Lus