• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Le match des salles de sport à Dijon

© Isabelle Rivierre / France 3 Bourgogne
© Isabelle Rivierre / France 3 Bourgogne

Le secteur des salles de sport est en pleine expansion ces dernières années. Elles poussent comme des champignons dans nos agglomérations. Dijon compte près de 40 établissements et de nouvelles implantations sont déjà prévues pour 2019.

Par M. F.

Entretenir sa forme et se muscler dans une salle de sport est désormais devenu une pratique de masse.

Dans le domaine des salles de sport de Dijon, Jacky Biondi fait figure d'historique, il est installé depuis 1990. Avec des abonnements mensuels allant de 27 à 45 euros, son club compte entre 600 et 1 000 adhérents. En 30 ans, il a vu la pratique du sport en salle prendre de l'ampleur mais depuis quelques temps son chiffre d'affaires baisse.

"Il y a de plus en plus de pratiquants et de plus en plus de salles. On est passé de 20 salles à 40 salles en cinq ans. Sur Dijon, c'est beaucoup", indique le gérant d'Athlétic Gym Jacky Biondi.
 
Le match des salles de sport à Dijon
Le secteur des salles de sport est en pleine expansion ces dernières années. Elles poussent comme des champignons dans nos agglomérations. Dijon compte près de 40 établissements et de nouvelles implantations sont déjà prévues pour 2019. - France 3 Bourgogne - Gabriel Talon, Isabelle Rivierre, Yoann Danjou, Rachel Nectoux

Les ouvertures de salles sont fréquentes à Dijon. Et dorénavant, les franchises ont pris le pouvoir. Les professionnels tablent sur une demande qui va encore augmenter. En France, seulement 8 % de la population est cliente régulière ou occasionnelle d'une salle de sport, contre 11% en Allemagne ou 13 % au Royaume-Uni.
 

Concurrence accrue

De quoi aiguiser les appétits des chaînes qui s'affrontent sans pitié. Le dernier arrivé, c'est Basic Fit à Chenôve, une marque hollandaise qui mise sur des salles très grandes et des prix tirés vers le bas à 20 euros par mois.

Une concurrence accrue qui amène les acteurs à se réorganiser. Pour résister L'Appart Fitness a choisi de grossir. "On a saisi l'opportunité de rachat du groupe Nextalis qui comporte les trois marques historiques Amazonia, Gigagym et Wideclub. Ça nous a permis de passer de la neuvième à la cinquième place des clubs de fitness en France", détaille Damien Menand, le manager régional de l'enseigne.

Dans un sondage Ipsos diffusé en décembre 2017*, les habitués déclarent choisir leur salle en priorité en fonction des horaires d'ouverture et du prix. Le marché se segmente du low-cost à 20 euros par mois au haut de gamme à près de 50 euros. Un secteur d'activité de plus en plus concurrentiel.
 

* Étude réalisée en ligne par Ipsos pour l’UNION sport & cycle, du 1er au 6 septembre 2017, auprès du panel Ipsos (IIS) sur un échantillon national représentatif d’individus âgés de 18 à 70 ans : 3 033 interviews réparties entre 1 070 pratiquants de fitness/musculation, danse, sports de combat et 1 963 non pratiquants.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le match des salles de sport à Dijon

Les + Lus