Musique : le DJ Laurent Garnier revient à Dijon pour présenter un documentaire retraçant sa carrière

Publié le Mis à jour le

La légende française de l'électro Laurent Garnier présente, ce jeudi 27 janvier au cinéma L'Eldorado à Dijon, le documentaire "Laurent Garnier : Off the record". Retour sur le parcours du DJ qui a fait les belles heures du club dijonnais L'An-fer au début des années 90.

Cela fait trente ans que Laurent Garnier fait danser la planète. Le documentaire "Laurent Garnier : Off the Record", signé Gabin Rivoire, retrace non seulement le parcours de ce DJ iconique mais aussi l'avènement de la musique électro dans le monde qu'il a contribué à fonder. 

Laurent Garnier et Dijon, toute une histoire !

Cette lame de fond est passée par Dijon. Entre 1990 et 1994, Laurent Garnier mixe chaque premier vendredi du mois à l'An-Fer. Il faisait les belles nuits du Rex à paris, sa deuxième maison. Le voilà également en résidence régulière dans ce club dijonnais, tenu par Frédéric et Franck Dumélie.

L'An-Fer est alors à l'avant-garde de ce courant musical en province. La House et la Techno ne sont pourtant alors qu'émergentes. Ces musiques sont souvent diabolisées par les autorités qui les associent systématiquement à la drogue. Mais à Dijon, on succombe à la transe comme le montre cet extrait d'un reportage de France 3 Bourgogne.

L'électro, espace de liberté et de lutte

En 1998, la première Techno Parade de Paris permet de sortir la musique électro de l'ombre. Laurent Garnier, qui clôture avec son set le défilé place de la Bastille, parle d'une "victoire majeure".

C'est aussi ce combat pour la fête, le partage, la liberté et contre l'ostracisme que raconte ce documentaire. "J'espère que ce film va montrer ce qu'est cette musique, que c'est tout à fait acceptable et qu'il n'y a rien d'horrible", ironisait Laurent Garnier en décembre dernier à la sortie du documentaire.

Laurent Garnier et Gabin Rivoire, le documentariste, sont présents ce jeudi soir au cinéma L'Eldorado de Dijon pour débattre après la projection du film. Un documentaire dont le DJ de près de 56 ans a bien évidemment signé la bande originale.