• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Sidaction : les jeunes mal informés sur le SIDA

© Dalila IBERRAKENE / France 3 Bourgogne
© Dalila IBERRAKENE / France 3 Bourgogne

Les jeunes Français sont de moins en moins bien informés sur le SIDA. L'arrivée des auto-tests par exemple, qui permettent de se dépister soi-même en autonomie, n'est connue que d'une personne sur deux. 

Par M. F.

Il y a aujourd'hui en France plus de 150 000 personnes séropositives, environ 1 500 en Bourgogne. Mais selon un récent sondage, les Français, et notamment les jeunes, se sentent de moins en moins bien informés sur le sujet.

21% des 15-24 ans pensent même que le virus du SIDA peut s'attraper en embrassant une personne.

Malgré l'arrivée en 2015 des auto-tests, ces kits vendus en pharmacie sans ordonnace qui permettent de se dépister soi-même, 20% des malades ignoreraient leur séropositivité. En un an et demi, un pharmacien dijonnais n'a vendu qu'une quinzaine de tests.

"Je pense que beaucoup de patients, psychologiqement, ne se sentent pas concernés par ça", précise Pierre-Olivier Variot
pharmacien. "Ils ne se sentent pas en risque d'être contaminés. Donc ils ne vont pas chercher à être dépistés pour savoir s'ils ont ou pas la maladie."

Un manque d'information

Moins d'une personne sur deux connaîtrait l'existence des auto-tests. À l'antenne dijonnaise de l'association AIDES, deux jours par semaine, les bénévoles accueillent et conseillent le public pour lutter contre le sentiment d'invincibilité.

"Je pense qu'il y a besoin d'être vraiment présents souvent, pour que les personnes entendent bien les choses", indique Philippe Rimbert, responsable AIDES. "Et ne les entendent pas comme un discours de santé publique mais comme un discours qui s'adapte à leurs vies."

L'année dernière, en Bourgogne, une cinquantaine de personnes a découvert sa séropositivité.


Sidaction : les jeunes mal informés sur le SIDA
Les jeunes Français sont de moins en moins bien informés sur le SIDA. L'arrivée des auto-tests par exemple, qui permettent de se dépister soi-même en autonomie, n'est connue que d'une personne sur deux.  - France 3 Bourgogne - Johanna JACQUOT-ALBRECHT, Dalila IBERRAKENE, Cécile FRÈREBEAU

Reportage : Johanna JACQUOT-ALBRECHT, Dalila IBERRAKENE, Cécile FRÈREBEAU
Avec : Pierre-Olivier Variot, pharmacien
Philippe Rimbert, responsable AIDES 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus