Témoignage. "C'est un cauchemar" : la crèche réduit sa capacité d'accueil, des parents sans solution de repli

Publié le Écrit par François Latour

A la suite d'une décision préfectorale, la crèche du groupe "La Maison bleue" située dans le quartier Arsenal à Dijon ne pourra accueillir plus que 80 enfants. Plusieurs familles sont concernées dès lundi prochain 29 janvier, les parents sont sans solution de repli.

C'est une annonce qui a claqué comme un coup de tonnerre pour certains parents : "la structure ne peut plus accueillir votre enfant à partir du lundi 29 janvier". C'est le cas de Geoffrey Theuret et Laura Duthu : ils venaient de renouveler un contrat de garde fin décembre pour Lucas, leur enfant de deux ans.

"J'étais désarmée, je n'y croyais pas"

Laura Duthu, la maman de Lucas, avait renouvelé le contrat de garde de son enfant le 20 décembre, un contrat de 4 jours par semaine, soit 40 heures de garde. Mais c'est le lundi 22 janvier que les choses basculent : "Je reçois un coup de téléphone de la directrice de la crèche des Petits pieds dans la vigne (la crèche du quartier Arsenal à Dijon, ndlr) pour m'informer qu'elle est au regret de ne plus pouvoir accueillir Lucas dans sa structure."

La mère de famille est prise de court, elle répond à la directrice : "je ne sais pas comment faire, je ne vais pas tout de même me mettre en arrêt maladie pour garder mon enfant ?"

Laura Duthu explique qu'à l'annonce de cette nouvelle, "c'était la douche froide, j'étais dépitée, j'étais désarmée, je n'y croyais pas, pour moi c'est un cauchemar. Comment vais-je faire ?" 

Une possibilité évoquée par la mère de famille serait que son conjoint prenne des jours de congé pour assurer les gardes, mais "cela ne peut pas durer".

Pas de situation de repli

Ce qui est compliqué pour les parents de Lucas, c'est qu'ils se retrouvent sans solution de garde. Un grand écart difficile pour ces deux actifs : "Pour le moment je n'ai pas trouvé de solution, j'essaye en laissant des messages sur Facebook. Il y a des places de situation d'urgence en crèche, mais mon enfant, je ne vais pas le bazarder d'une place à une autre. La situation, c'est jusqu'à fin juillet."

L'autre aspect qui passe mal, c'est l'absence de toute rupture de contrat par voie écrite, ce que confirme Laura : "À l'heure actuelle, je n'ai aucune trace écrite que mon contrat est rompu ou quoi que ce soit. Le dernier mail que j'ai reçu (le 23 janvier) de la directrice concerne la situation de la crèche :

Les parents de Lucas sont victimes de deux problèmes. Le premier, c'est la limitation de la capacité d'accueil de la crèche. Le second, c'est qu'ils ne sont pas prioritaires pour les crèches publiques, car ne résidant pas sur la commune de Dijon.

Laura Duthu reproche également à la crèche de ne pas avoir anticipé certains problèmes. En effet, la crèche du même groupe, située à Dijon Valmy avait également fait l'objet d'un arrêté préfectoral réduisant temporairement la capacité d'accueil en novembre 2023 : "Pourquoi on ne nous a pas conseillé, dès ce moment-là, de commencer à regarder de notre côté, en cas de fermeture spontanée de la crèche ?"

Mise en conformité avec les services de la Préfecture

Les deux crèches de Dijon appartenant au groupe 'La Maison Bleue' au quartier Valmy et au quartier Arsenal étaient dans le collimateur des services de l'Etat en novembre 2023 pour des problèmes de fonctionnement et de manque de personnel. Concernant la crèche du quartier Arsenal, une obligation de mise en conformité était attendue avant fin 2023. 

La mise en conformité a bien été effectuée. Néanmoins, une visite d'inspection des services de la PMI effectuée le 18 décembre avec deux agents du pôle Solidarités de la DDETS (Direction Départementale de l'emploi, du travail et des solidarités) a constaté un manque de personnel d'encadrement, non conforme à la réglementation. La Préfecture a donc pris un arrêté de fermeture partielle et provisoire de la crèche, en limitant sa capacité d'accueil à 80 places.

L'impact sera mineur

Frankie Jourdaine

Directeur régional de la Maison Bleue

"Globalement, l'équipe était correspondante à la réglementation, si ce n'est que l'équipe accueillait 80 enfants environ, explique le directeur régional Bourgogne-Rhône-Alpes-Auvergne de la Maison Bleue, Frankie Jourdaine. Dans cette crèche, on a l'agrément à 101 places. La PMI avait recommandé et abaissé l'agrément à 80 places. C'est une moyenne, on a des journées où on accueille un peu moins, et des journées plus, notamment les mardi et jeudi qui sont les journées fortes d'accueil en crèche. Concernant cette limitation à 80, l'impact sera mineur, car on parle d'un nombre de familles inférieur à 5."

À LIRE AUSSI : À la suite de dysfonctionnements, la Préfecture de Côte d'Or réduit l'activité d'une crèche à Dijon

Devant le désarroi des parents, le directeur régional compatit : "Naturellement, ça n'est pas une situation satisfaisante. Une entreprise comme la nôtre, c'est l'accueil, la sécurité des enfants, dans le respect de la réglementation. On ne peut pas accueillir plus d'enfants avec moins de professionnels. En parallèle, nous travaillons avec nos autorités de tutelle, c'est-à-dire la PMI et la préfecture. Je les rencontre très prochainement pour trouver des solutions."

Les parents déterminés

Frankie Jourdaine assure que deux professionnelles diplômées de catégorie 1 ont été recrutées, et qu'une troisième embauche est sur le point d'être finalisée. Suffisant pour faire lever la réduction temporaire et accueillir l'ensemble des enfants ? C'est en tout cas ce qu'espère le directeur régional.

Autre amélioration évoquée par la Maison Bleue : "On a fait le choix que nos directrices de crèches ne soient plus au contact des enfants pour se consacrer aux fonctions d'encadrement et de management, ce qui était attendu de leur part."

Les parents de Lucas restent, pour leur part, déterminés et seront présents lundi 29 janvier à 8 heures devant la crèche.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité