• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Vaccin anti-grippe : les pharmacies de Bourgogne en rupture de stock

En 2017-2018, le virus de la grippe a causé la mort de 13 000 personnes en France / © dfulhert via Pixabay
En 2017-2018, le virus de la grippe a causé la mort de 13 000 personnes en France / © dfulhert via Pixabay

Il devient de plus en plus difficile de se procurer le vaccin contre la grippe. La plupart des pharmacies bourguignonnes sont en rupture de stock. Preuve que la campagne de prévention 2018-2019 a été un véritable succès. 

Par Sébastien Kerroux

 

Ce fut un véritable parcours du combattant ! » Fatima, Dijon.

Comme tous les ans, Fatima, une sexagénaire dijonnaise, a souhaité se procurer le vaccin contre la grippe. Un vaccin dont elle ne pourrait plus se passer aujourd’hui : « J’ai été extrêmement malade il y a cinq ans. J’ai mesuré que la grippe, ça pouvait être très grave. Depuis, je ne prends plus de risque, et je me fais vacciner ».


Au début du mois de décembre, la dijonnaise se rend alors chez son pharmacien pour lui demander le précieux sésame. « Quand je lui ai demandé le vaccin anti-grippe, il m’a dit qu’il n’en avait plus…son fournisseur est en rupture de stock ». Bien décidée à obtenir son vaccin, Fatima se rend alors dans une deuxième pharmacie, puis une troisième…dévalisées elles aussi. Mais la quatrième tentative sera la bonne : « Dans cette officine, il ne restait plus que deux vaccins. J’ai donc pu en acheter un, ce fut un soulagement ! »

Si ce parcours du combattant se termine bien pour la dijonnaise. Pour ceux qui souhaitent se faire vacciner contre la grippe aujourd’hui, la tâche va s’avérer encore plus complexe…voire impossible. Les pharmacies sont de plus en plus nombreuses à ne plus disposer de vaccin.

Globalement, il est trop tard pour se faire vacciner » Philippe Kochly - vice président USPO Côte-d’Or.


Interrogée par Le Parisien, Carine Wolf-Thal – présidente du Conseil national de l’ordre des pharmaciens – confirme la situation de pénurie : « Je vous confirme qu’il y a une pénurie au niveau national. Les pharmacies qui en ont suffisamment commandé en ont toujours en stock, mais d’autres n’en ont plus. Et il est impossible d’en recommander, car il n’y en a plus en réserve chez les grossistes ». Selon Philippe Kochly, vice-président de l’union des syndicats de pharmaciens d’officine de Côte-d’Or, la Bourgogne n’échappe pas à la règle : « Globalement, il est trop tard pour se faire vacciner. Il n’y a quasiment plus aucun vaccin de disponible dans les pharmacies de la région ».
 
Qu'est-ce que la grippe ?

Impossible de fabriquer de nouveaux vaccins cette année


Une pénurie qui s’explique en partie par la possibilité - dans certaines régions pilotes (N.D.L.R : la Bourgogne n’est pas concernée) - de se faire vacciner directement par son pharmacien.  Une nouvelle prise en charge qui, selon Philippe Kochly, a augmenté le nombre de vaccins produits, mais aussi et de façon encore plus importante la couverture vaccinale.  « Le nombre de  personnes vaccinées en France est en augmentation d’environ 10% par rapport à l’an dernier. C’est une bonne nouvelle. Cela veut dire que cette année, la campagne de prévention a été une réussite ».

Le pharmacien bourguignon ajoute que les vaccins mis en stocks cette année, l’ont été il y a plusieurs mois. « Il n’y aura pas de possibilité d’en commander d’autres, il faut 9 mois pour fabriquer un vaccin contre la grippe ».

Pour celles et ceux n’ayant pas pu se faire vacciner, il faudra donc rester vigilant cet hiver. Et attendre l’année prochaine pour se protéger efficacement contre la grippe. Mais selon Philippe Kochly, la couverture vaccinale pourrait être encore plus forte en 2019: « Il faudra tenir compte de ce phénomène de pénurie. Car l’année prochaine, tous les français auront la possibilité de se faire vacciner en pharmacie. Il faudra donc certainement produire encore plus de vaccins ».

Depuis le début de la campagne de prévention, 620 000 français se seraient faits vacciner dans les officines. Un chiffre « très encourageant » selon le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens.
 
Qu'est-ce qu'une grippe et quels sont les risques ?
 

La campagne de prévention anti-grippe 2018-2019

La campagne de vaccination a débuté le 6 octobre en France. Les publics ciblés sont les plus de 65 ans, les patients atteints de certaines maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire...), les femmes enceintes et les personnes souffrant d'obésité morbide, soit plus de 12 millions de personnes. Le pic d'épidémie cet hiver est attendu en janvier-février 2019.

Rappelons que l’an dernier, 2,4 millions de français avaient consulté leur médecin pour syndrome grippal. Le virus avait causé la mort de 13 000 personnes.   

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourgogne : de nombreuses animations vous attendent pour le Mois des Climats !

Les + Lus